zine Bricolage radical

Pour toutes les annonces de fanzines, journaux, bd, comics, bouquins, interviews... bref tout ce qui a un rapport à la lecture : ca se passe ici !
samueletienne
touriste
touriste
Messages : 12
Enregistré le : 24 janv. 2016 15:50

zine Bricolage radical

Message par samueletienne » 08 févr. 2016 21:16

Après de nombreuses années à tourner le truc dans tous les sens, j'ai trouvé la formule qui me convient pour éditer un essai très personnel sur les fanzines DIY, en grande majorité punk, mais pas que. Plutôt que de sortir cet essai en livre, le mieux était donc de le sortir sous forme d'un zine. 3 à 4 chapitres à la fois (il y en aura 20-21 en tout). Bref, voila Bricolage radical n°1.
Mon idée est de montrer pourquoi les zines DIY qui ont tout pour être considérés comme des médias peu efficaces, s'avèrent être de formidables communiquants car ils usent de codes et stratagèmes qui leur permettent de toucher leur lectorat et donc de soutenir efficacement les scènes qu'ils défendent.
Dans ce livre-zine, je me base sur le contenu des zines eux-mêmes et sur des entretiens ou questionnaires avec des fanzineurs (une centaine environ).

Image

Je lance une campagne de crowdfunding pour éventuellement ajouter des fac-similés de vieux zines.
http://fr.ulule.com/bricolage-radical/

Le financement servira intégralement à l'impression du n°1 du fanzine qui comptera autour de 100 pages en quadrichromie. Le tirage prévu est de 150 exemplaires.

Avatar du membre
Chéri-Bibi
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 899
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: zine Bricolage radical

Message par Chéri-Bibi » 09 févr. 2016 19:57

L'initiative paraît chouette, mais pourquoi user d'un verbiage issu du langage publicitaire ?
samueletienne a écrit : considérés comme des médias peu efficaces, s'avèrent être de formidables communiquants car ils usent de codes et stratagèmes qui leur permettent de toucher leur lectorat
Faire de la presse alternative, n'est-ce pas justement reposer/représenter les sujets autrement que la presse commerciale, les mass medias, la publicité ?

On ne combat pas l'aliénation avec un langage aliéné.
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

samueletienne
touriste
touriste
Messages : 12
Enregistré le : 24 janv. 2016 15:50

Re: zine Bricolage radical

Message par samueletienne » 10 févr. 2016 9:01

salut Chéribibi,

et d'abord merci de soutenir le projet.
Chéri-Bibi a écrit :L'initiative paraît chouette, mais pourquoi user d'un verbiage issu du langage publicitaire ?

Faire de la presse alternative, n'est-ce pas justement reposer/représenter les sujets autrement que la presse commerciale, les mass medias, la publicité ?

On ne combat pas l'aliénation avec un langage aliéné.
l'ouvrage complet qui compte (pour le moment) environ 150 pages A4 (en 20 chapitres) et plusieurs centaines d'illustrations (c'ets bien çà le principal) essaye d'aborder toutes les facettes du fanzinat DIY dont le fanzine punk est à la fois l'archétype et la véritable étincelle qui a permis à ce type de presse alternative de se répandre partout, et bien au-delà du punk. Si j'use volontairement un langage assez neutre et empruntant aux théories des médias et de la communication (plus que de la pub) c'est justement parce la presse alternative en général, et les fanzines en particulier sont souvent analysés et (dé)considérés par ces systèmes de pensée. Mon positionnement est donc, dans un premier temps, d'adopter "leur" langage de manière clinique : "OK regardons en quoi les fanzines sont, objectivement, des médias banals de votre point de vue" et ensuite, une fois cela posé j'essaye de démonter chacun des arguments en montrant comment les fanzineurs (souvent de manière inconsciente et intuitive) contourne les handicaps théoriques pour faire du fanzine un média génial, c'est-à-dire dont le pouvoir communicationnel est élevé, donc son rôle de soutien d'une scène, d'un groupe est fort.
Evidemment ceci est à nuancer suivant les scènes musicales et quand je parle de fanzines anarcho-punk ou de ceux consacrés à Kanye West ou Taylor Swift (!), on retrouve des motivations initiales communes (partager une passion par exemple), mais avec des objectifs différents.
J'arrête la mais il faut aussi distinguer ce qui est alternatif et ce qui est radical. Parler d'aliénation (un terme que j'utilise souvent car les fanzineurs le mobilisent souvent dans leurs propres écrits) te positionne dans un registre radical, ce qui n'est pas le cas dans l'immense majorité des fanzines non-punks.
à+

Avatar du membre
Chéri-Bibi
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 899
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: zine Bricolage radical

Message par Chéri-Bibi » 10 févr. 2016 9:28

Oui, sans doute. Mais si l'aliénation ne menaçait que les "radicaux" lecteurs de Debord, ce ne serait pas une grande menace pour l'Humanité... Or, qu'on utilise ou non ce terme pour dénoncer un état de fait, on a les méninges qui pataugent dedans jusqu'au lobe frontal.

Mon intention n'était pas de juger l'ensemble de ton projet à l'aune d'une tournure de phrase, mais pour moi qui considère le fait même de faire de la presse alternative, de proposer autre chose que le tout-venant "professionnel", comme une démarche politique (y compris inconsciente), les mots sont importants.
La communication, "l'art de communément niquer", n'est ni le dialogue, ni le partage. Or faire un fanzine, toi-même tu sais, c'est désirer partager une passion, pas vouloir la vendre à un client potentiel.
C'est comme si tu écrivais un bouquin sur l'agriculture maraîchère et les jardins ouvriers en employant le langage de la grande distribution.

Je suis beaucoup plus sensible, cela va de soi, à un passage (de ton projet) comme ça :
Punk et DIY ont permis aux classes populaires, aux personnes en marge du système, aux exclus des mass media de prendre le pouvoir sur leur propre univers socioculturel et de promouvoir leur propre culture. Les punks, via l’éthos DIY, ont démontré comment contourner les intermédiaires dont la fonction dans les industries culturelles consiste à sélectionner et étouffer dans l’œuf une grande partie de l’activité créatrice. Le fanzine est alors devenu un outil d’empowerment efficace.
Là, en l'occurrence, non seulement le propos est limpide sans ambages ni emballage, mais l'utilisation de l'anglicisme "empowerment" justifié par le simple fait qu'il n'y a pas d'équivalent exacte dans la langue française (au grand dam des "cultural studies" féministes francophones d'ailleurs).
Bref, je vais pas chipoter, ayant hâte au projet (et ayant beaucoup aimé le n° de Volume! consacré au sujet), mais encore une fois, ça me semble très important de bannir la novlangue de l'adversaire car non seulement elle appauvri la nôtre, mais elle véhicule en sous-main des notions éminemment contre-révolutionnaires (communication versus partage, par exemple). En fait, elle est justement tout sauf neutre.
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

samueletienne
touriste
touriste
Messages : 12
Enregistré le : 24 janv. 2016 15:50

Re: zine Bricolage radical

Message par samueletienne » 10 févr. 2016 9:45

merci de ce retour, çà me permet vraiment de prendre du recul sur ce que j'ai (déjà) écrit te je vais essayer d'en tenir compte. Je ne suis pas sociologue de formation - en fait géographe - et mon approche théorique sur les fanzines vient vraiment de ma pratique et d'un regard "réflexif" que m'ont incité à avoir mes potes sociologues (ceux de Volume! notamment), je dirais que j'ai une approche de sociologie DIY ce qui me permet de parler de champ culturel, de scène ou de tribu sans endosser la lourdeur des écoles de pensée en sociologie (je pense que les sociologues qui liront mon texte pousseront des cris d'effroi face à untel mélange des genres) :lol:
Pour revenir sur le paradoxe que tu soulignes à propos de l'utilisation du langage des "communiquants", j'ai gardé cette naïveté de croire qu'on peut faire changer les choses en expliquant les choses même à des gens qui ne te comprennent pas parce qu'ils ont un autre système de pensée. Il m'est arrivé de nombreuses fois depuis 2003 faire des cours sur les fanzines dans différentes facs de France à des étudiants en journalisme, en sciences de la communication ou en métiers du livre et dans 90% des cas, ces étudiants n'avaient jamais entendu le mot fanzine... et ceux que je leur montrais leur paraissaient être des OVNI médiatiques. C'est pour cela que j'ai choisi de lire des bouquins en sciences de la comm ou en théorie des médias et essayer de comprendre comment les "dominants" pensaient et analysaient les choses, reprendre ensuite leurs éléments de langage et l'appliquer aux fanzines afin qu'ils puissent comprendre, avec leurs mots, ce qu'est un fanzine. Je ne me fais pas trop d'illusion non plus...

Avatar du membre
Chéri-Bibi
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 899
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: zine Bricolage radical

Message par Chéri-Bibi » 10 févr. 2016 10:24

Mais pourquoi voudrais-tu que les "dominants" comprennent ? Est-ce un affreux cas de conscience que de les laisser dans leur ignorance crasse des vraies choses de la vie ?
Et si la sociologie est un sport de combat, il n'y a qu'un pas de la géographie à la psychogéographie ! :pirate:

Si tu veux, je peux te passer la retranscription intégrale de la discussion/débat sur la presse alternative ayant eu lieu à l'occaz' des 20 piges du ChériBibi en 2011 à Poitiers et dont t'as un aperçu là: http://www.cheribibi.net/2011/10/16/pre ... sons-nous/
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 711
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: zine Bricolage radical

Message par bub » 10 févr. 2016 16:38

quatorze euros l'exemplaire ? sérieux ?
cheribibi n°9, 92 pages : 5 euros


bah ! y aura sûrement une version électronique en accès libre ;)

Avatar du membre
Chéri-Bibi
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 899
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: zine Bricolage radical

Message par Chéri-Bibi » 10 févr. 2016 21:37

bub a écrit : cheribibi n°9, 92 pages : 5 euros
Profite-en parce que vu ce que La Poste nous met dans la tronche, ça va pas durer.
Quant à Bricolage Radical, t'as vu qu'y'avait une souscription à 9 € ?
Perso, j'ai mis un peu plus, peut-être parce qu'en ce moment j'ai du taf, mais aussi parce que je connais les coûts de ce genre de boulot (une centaine de pages à petit tirage -d'ailleurs, tirer davantage reviendrait moins cher à l'unité, j'dis ça j'dis rien).

On pourrait développer sur la question du tarif (ce que je fais dans le dernier Up The Zines d'ailleurs), mais ce serait répondre à la place de l'auteur, ce que je me permet vite-fait uniquement parce que t'as cité mon zine en exemple, ce qui me semble un peu cavalier pour le coût*.
On a déjà assez à faire pour se rassembler, non ?

*La faute est voulue.

EDIT: Ah au fait, un doute me taraude soudain, n'achèterais-tu pas ChériBibi à 5 € uniquement parce qu'il n'existe aucune version numérique à télécharger gratos ? ;)
All power to the paper !
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 711
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: zine Bricolage radical

Message par bub » 11 févr. 2016 10:51

Chéri-Bibi a écrit : EDIT: Ah au fait, un doute me taraude soudain, n'achèterais-tu pas ChériBibi à 5 € uniquement parce qu'il n'existe aucune version numérique à télécharger gratos ? ;)
All power to the paper !
Je préfère les zines à prix libre mais je fais une exception pour Chéribibi, na !
Maintenant, tu sais bien que ce n'est pas une question de prix mais une question d'éthique.

Ah oui, ya des promos à 9 euros
Et puis "plus que 7 disponibles", on se croirait sur Amazonzon, ah oui, faut se dépêcher de consommer.

Bref, la démarche du zine me semble très intéressante - les moyens de diffusion moins.
Ceci dit, "Ça a la couleur du zine, le goût du zine… mais ce n’est pas un zine."
Alors... j'attendrai le format livre "bel ouvrage" qui sera plus en adéquation avec le contenu...
Et je suis prêt à y mettre le prix ;)

Avatar du membre
Yanic
modérateur/trice
modérateur/trice
Messages : 1741
Enregistré le : 10 août 2003 1:28

Re: zine Bricolage radical

Message par Yanic » 11 févr. 2016 23:26

samueletienne a écrit :Si j'use volontairement un langage assez neutre et empruntant aux théories des médias et de la communication (plus que de la pub) c'est justement parce la presse alternative en général, et les fanzines en particulier sont souvent analysés et (dé)considérés par ces systèmes de pensée.
Et ? Qu'est-ce que qu'on s'en fout ? Tant mieux ! Raison de plus pour ne pas chercher à leur plaire et à utiliser leurs codes de langage, même !!
Tu as des projets de réhabilitation du fanzinat dans les medias mainstream ?
Si les fanzines se sont construits en opposition à la presse traditionnelle, c'est sûrement pas pour faire des courbettes en espérant être reconnue par elle !
samueletienne a écrit : Mon positionnement est donc, dans un premier temps, d'adopter "leur" langage de manière clinique : "OK regardons en quoi les fanzines sont, objectivement, des médias banals de votre point de vue" et ensuite, une fois cela posé j'essaye de démonter chacun des arguments en montrant comment les fanzineurs (souvent de manière inconsciente et intuitive) contourne les handicaps théoriques pour faire du fanzine un média génial, c'est-à-dire dont le pouvoir communicationnel est élevé, donc son rôle de soutien d'une scène, d'un groupe est fort.
Berk, ce style d'écriture caractéristique des "je sais tout, je vais à la fac" m'insupporte au plus haut point. C'est comme se siffler un verre de vinaigre. On va pas en tomber malade, mais bon dieu ce que c'est mauvais !
Sur un des sujets que je trouve le plus passionnant (le fanzinat), je crois pourtant que j'aurais peur d'oser lire ça !
samueletienne a écrit :merci de ce retour, çà me permet vraiment de prendre du recul sur ce que j'ai (déjà) écrit te je vais essayer d'en tenir compte. Je ne suis pas sociologue de formation - en fait géographe - et mon approche théorique sur les fanzines vient vraiment de ma pratique et d'un regard "réflexif" que m'ont incité à avoir mes potes sociologues
Ah ben c'est sûr qu'avec des potes sociologues, on n'a plus besoin d'ennemis (rooh, c'est bon, si on peut plus en rajouter un peu !).
Sans rire, les écrits faits sur la scène libertaire/DIY/punk/etc par des gens de profil socio/anthropo, y'a généralement rien de plus chiant à lire ! Sur la forme, ça réussit à la fois le tour de force d'être pédant et mal écrit, et sur le fond, souvent un ramassis de conneries. Là, sur le cas qui nous occupe, je ne pense pas que ce soit le cas sur le fond, j'ai un peu plus peur sur la forme.
(Je crois que je suis encore traumatisé par la lecture d'une étude d'anthropo sur Radio Canut, les mecs ne pigent quedalle mais appliquent des grilles de lecture, des shémas avec les références qui vont bien, et croient avoir apporté quelque chose d'autre au lecteur que de la franche hilarité dans le meilleur des cas, et de l'agaçement et du mépris dans le pire !)
samueletienne a écrit :C'est pour cela que j'ai choisi de lire des bouquins en sciences de la comm ou en théorie des médias et essayer de comprendre comment les "dominants" pensaient et analysaient les choses, reprendre ensuite leurs éléments de langage et l'appliquer aux fanzines afin qu'ils puissent comprendre, avec leurs mots, ce qu'est un fanzine.
Et qu'est-ce qu'ils en ont à foutre, des zines, même en leur expliquant ce que c'est, avec leurs mots ?!! (pas compris pourquoi on devrait s'abaisser à utiliser leur novlangue, déja !)
Complètement d'accord avec la position de Chéri-Bibi, il y a quelque chose d'un peu choquant dans cette approche.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités