Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Le punk n'est pas qu'une musique ! Ici on discute de l'actualité, des manifs et des résistances en lien direct avec notre culture. "Make punk a threat again", ça vous dit encore quelque chose ?!
Avatar du membre
abFab
Administrateur
Administrateur
Messages : 813
Enregistré le : 27 août 2003 19:12

Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par abFab » 09 avr. 2019 0:59

C'est peut-être un peu too much comme titre, le plus adapté syntaxiquement étant probablement "les festivals qui ignorent les femmes", mais j'ai l'impression que c'est pas plus sympathique à lecture. Et comme ce forum est placé sous la protection de Lisbeth Salander, on va dire que ça passe.

Comme j'ai déjà écrit plusieurs fois sur le sujet (et même balancé une chronique à l'antenne de konstroy), j'ai un peu hésité à perdre mon temps à me replonger dans l'exercice (en fait on sait déjà commetn ça va se passer : ceux qui me connaissent m'attendent exactement là, vu que je leur prend la tête irl dès que je les croise, les autres vont lire le texte et l'oublier sitôt la lecture terminée, et les personnes directement concernées feront comme si elles avaient jamais entendu parler du problème).
Disons que c'est l'annonce ici-même d'un concert de punk rock féministe qui m'a quelque peu remotivé.

Alors c'est reparti, les festivals reprennent du service, et curieusement (non en fait) c'est la fête de la couille et de l'entre-soi masculin. De toutes façon c'est simple dès qu'il ya trois meufs sur une affiche on appelle ça "girlz quelquechose" (1). Alors si ya pas "girls" dans le titre c'est que ça hume le boys club à plein nez.
Petit rappel : on appelle ça "la non-mixité subie", et c'est le symptôme d'une oppression. Contrairement à la "non-mixité choisie" qui fait partie des moyens d'émancipation d'un groupe opprimé (2).

Alors c'est tipar :

- Sylak open air. J'en ai entendu parler parce que Blag Flag y sera (bienvenu au musée, épisode trouze mille sept cent soixante douze). C'est peut-être moi mais je n'ai pas été capable de trouver une seule meuf dans la prog qui s'étale sur trois jours : https://www.sylakopenair.com/programmation
Et pourtant les "female fronted band" dans le metal c'est pas ce qui manque. Festival 100% de mecs. Welcome to the (boys) club !

- United we stand #4. C'est passé alors on pourra pas m'accuser de pourrir leur promo. Là encore, j'ai peut-être un problème de vision ou de connaissance pointue, mais je ne vois pas l'ombre d'une meuf sur scène. Zéro.
Oi polloi + The movement + 65 mines street + Moscow Death Brigade + Stage Bottles + Feine Sahne Fischfilet + Wake The Dead = 0 meufs. 100% boys club. Le plus cocasse c'est que lorsqu'ils sont interrogés, les organisateurs se plaignent de ne pas trouver de groupes antifa avec des meufs. En revanche quand il s'agit de trouver des groupes pas antifa avec des mecs, ya moyen. Parce que bon, Wake the dead et l'antifascisme, je vois pas trop la connexion... Franchement HHM, Bitpart, Marybell, Cartouche, Loolie (and the surfing rogers), il ya gava de groupes qui rentrent objectivement dans les critères. Les organisateurs ont été interrogés sur le sujet quand ils sont passés à Konstroy pour l'édition précédente, et à ce moment là ils avaient déclarés avoir été alpagués par ailleurs sur la faible présence de groupes avec des meufs sur l'affiche. Mais visiblement le fait d'interpeller une orga ne signifie pas qu'une réflexion va s'engager...
United we stand, 100% boys club.

- Zikenstock. Là aussi, pour une des éditions précédentes (la dernière ou l'avant dernière je sais plus) on les avait interpellé (à titre perso je leur ai envoyé un mail qui n'a jamais eu de réponse) au sujet d'une affiche 100% boys club. Voyons voir l'évolution : Punch Chaos + Los Fastidios + R.A.S 84 + Non Servium + Discharge + Cockney Rejects + Svinkels + La Gachette + Rude Pride + Two Tone Club + Les Ramoneurs de Menhirs + Puppetmastaz + Bad Manners + Ludwig Von 88.
Vous voyez une meuf ?
Ne serait-ce qu'une seule, pour engager un début de polémique, du genre "ah tu vois bien que c'est pas si terrible..."
Moi je vois pas.
Zikenstock, festival 100% boys club.

- Extreme fest. Devenu un incontournable, le festoche albigeois ne se pose pas plus de question que les autres.
Avec : Svinkels / Discharge / Ludwig Von 88 / Deez Nuts / Berri Txarrak / Vitamin X / Cancer Bats / No Fun At All / TRC / Justine / Ta Gueule
The Toy Dolls / Sick Of It All / Ignite / The Casualties / Negativ Approach / No Turning Back / Kids Of Rage / Real Deal / Monde De Merde / Jodie Faster
Madball / Propagandhi / Lionheart / Not On Tour / Moscow Death Brigade / Birds In Raw / Guerilla Poubelle / Pears / The Dopamines / Lost Love
Et là comme vous êtes aussi rempli d'aigreur et de mauvaise foi que moi vous vous dites, encore un pur boys club !
Erreur !
Car deux (2 !) meufs se cachent sous cette avalanche de mâles rugissants. Il ya Lucette qui hurle la chansonnette dans Monde de merde, et Sima qui fronte dans Not On Tour. Deux meufs pour trois soirs... youhou !
Il ya 31 groupes, si on compte 4,5 zicos par groupe en moyenne (entre les groupes de quatre et les groupes de cinq, on doit pas être loin)... on obtient le pourcentage hallucinant de 1,5% de meufs à l'affiche. Soit 98,5 % de mecs.
Xtreme fest, 98% boys club.

- Rhinos féroces. Ah tiens là ça commençait pas mal. Sur la page de la prog (pas simple à trouver mais bon), on clique sur le premier groupe "Lovve", et on tombe sur un groupe tourangeau qui fait de la power violence avec une meuf au chant. Cool !
Bon, après on déchante assez vite...
(cela dit je n'ai pas été capable d'identifier la composition de Cape de Vomi et Bonnet de Weed...). Plus aucune autre meuf.
Ou alors dans les Ducking Punches. C'est un mystère. On voit bien, de temps à autre une meuf , sur leur clip :
https://www.youtube.com/watch?time_cont ... n8JYhPgEvA (vers la fin on voit qu'elle joue de la basse) mais elle est pratiquement absente de tout le site, et n'apparait pas sur la bannière (bon là ok cette image n'est plus la bannière, mais elle l'était quand j'ai écrit ce post) ... Y'aura t'il une meuf ou deux à ce festival ? le mystère reste entier, la statistique peut varier du simple au double... le suspense est à son comble.


- Les 30 ans de l'ajb. Deux soirs de folaïe.
Avec l'Opium du peuple. L'Opium du peuple quoi... nan mais... quel programmateur a encore envie, en 2019, de faire jouer l'opium du peuple ? Si des sociologues veulent un cas d'exemple archétypal du phénomène de "Boys club" dans le milieu du rock, qu'ils se penchent d'urgence sur l'Opium du peuple. Des gros beaufs avec deux nenettes dévêtues dont le seul rôle est d'être dévêtues. Je n'ai jamais été aussi mal à l'aise en concert que devant l'opium du peuple, à toulouse dans une soirée où j'étais venu voir les Binam. Depuis une des choriste a refusé d'aller trop loin, a quitté le groupe et a joué les lanceuse d'alerte sur les rézosocio... elle s'est faite pourrir, harceler, dénigrer. L'opium du peuple c'est vraiment l'incarnation type du Boys club toxique et malaisant. Avec du succès et du réseau... et le patriarcat qui voit rien, ne sait rien, et fait semblant de découvrir à chaque fois ce qu'il a entendu des dizaines de fois auparavant. Tu kiffes pas l'opium du peuple ?... ouah c'est parce que t'as pas d'humour.
Et sinon en ce qui concerne le festoche AJB, si j'ai bien compris, il ya une meuf dans les Dead Ritons. Et c'est tout.

Voila voila voila...

Je ne sais pas quoi faire pour que cela change, mais en fait je suis assez adepte de l'adage "là où il ya une volonté, il ya un chemin". Et là clairement il n'y a pas de volonté. Actuellement la féminisation de la scène n'est pas un objectif, ni prioritaire ni secondaire. Comme on se prétend "antisexiste", on croit qu'on y est déjà : on peut pas être sexiste puisqu'on est antisexiste, hein, pas vrai ?
Une chose est sûre c'est qu'il va falloir que nous les mecs on se mettent au clair avec cet impensé : oui on va y perdre. Si on veut la parité, l'équité de genre, si on veut que nos actes et le résultats de nos actes soient justes (parce qu'ici il est question de justice), alors il va falloir qu'on comprenne qu'on va y perdre. Et qu'on s'y prépare. Et que si on veut être raccord avec nos idées alors il va falloir que l'on se mette enfin à agir contre l’intérêt de notre classe-genre. Si on organise un festoche ben va falloir apprendre à dire non à nos proches mâles pour aller chercher des groupes féminins qui ne sont pas (encore) dans notre réseau. Le gâteau des festoches et des concerts n'est pas extensible à l'infini. Si on veut être juste alors on dégage des groupes de mecs pour inviter des groupes de meufs. C'est une question profondément politique, et c'est une question de justice. Faut qu'on arrête de se mettre en avant, qu'on arrête de "représenter" tout et n'importe quoi, d'être les individus visibles.
"Des meufs y'en plein dans l'orga du festoche". Ben déjà arrête de les restreindre aux cuisines et aux tireuses, et laisse les répondre aux interviews à ta place.

Après pour filer un coup de pouce à ces orga qui ne trouvent pas ohlala de groupes avec des meufs, on peut mettre en place un "annuaire" de groupes avec des meufs. J'en avais commencé un, sur un framacalc... si des personnes sont intéressées pour faire quelque chose de plus robuste, qu'elles n'hésitent pas à me contacter (je ne me lance pas dans ce projet tout seul).

:pirate:


(1) Prenez le unpleasant grrlz festival : 12 meufs sur scène sur un total de 30 zicos. Je suppose que dès que le quota de 30% est atteint on a le droit d'apposer la mention "Girlz" sur l'affiche.
(2) Relire Delphy : "Le monde est dirigé par des clubs d’hommes : au niveau international, ONU, OSCE, OTAN, et au niveau national : gouvernements, niveaux décisionnels des administrations, et des armées, comme des ministères correspondant à ces organismes. Clubs d’hommes encore dans la France d’en bas, dans les mairies, les amicales, les innombrables amicales de boulistes, de pêcheurs, de pratiquants de sports nouveaux ou traditionnels ; la chasse par exemple est bien gardée de plus d’un point de vue[...]La pratique de la non-mixité est tout simplement la conséquence de la théorie de l’auto-émancipation." http://lmsi.net/La-non-mixite-une-necessite
bla bla bla
http://blog.abfab.ninja

(a)social
Mastodon : https://mstdn.io/@abFab


"Messieurs, j'ai refait tous les calculs. Ils confirment l'opinion des spécialistes : notre idée est irréalisable. Il ne nous reste qu'une chose à faire : la réaliser." (Latécoère)

Avatar du membre
Alcibiade
fait partie du décor
fait partie du décor
Messages : 1319
Enregistré le : 17 mai 2005 22:53

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par Alcibiade » 09 avr. 2019 8:13

et c'est valable pour la majorité des concerts punks, pas besoin d'aller en festival.
(note, pour l'Extreme Fest il y a aussi la guitariste de Propagandhi ; pour ce que ça change...)

Avatar du membre
A.L'etable
touriste
touriste
Messages : 73
Enregistré le : 19 juil. 2016 21:02

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par A.L'etable » 09 avr. 2019 15:10

Apres c'est un peu a la mode pour les groupes et festivals/concerts de s'afficher anti-sexistes. Dans pas mal de trucs ça devient un genre de caution, il suffit de mettre un logo quelque part, ou on fait une chanson la dessus etc.

Meme si dans les faits, quand les copines dénoncent des agissements de merde de types du punx milieu, ces memes anti-sexistes se transforment bien vite en anti-féministes dénoncant la virulence des fémi-nazis bla bla bla... plutot que de s'excuser et prendre du recul.
On en a des beaux exemples en Sarthe avec qui c'est bien l'embrouille.

Avatar du membre
Yann
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 642
Enregistré le : 31 janv. 2005 13:10

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par Yann » 10 avr. 2019 20:33

Indépendamment de cet exemple précis, j'ai envie de dire (je me trompe peut-être), qu'au début les groupes punks étaient plutôt précurseurs sur les questions sociales (végétarisme, homosexualité, etc), mais que de nos jours, je les trouve complètement à la ramasse sur les questions sociétales en vogue.
Combien de groupes punks ont déjà parlé d'énergies renouvelables, d'écoconstruction, de permaculture ?
Ce sont des notions quasiment intégrées par la société, sans doute que les groupes en parleront dans 10 ou 20 ans ?

Après sur le point précis de l'absence de groupes avec des filles, faut reconnaitre aussi qu'il y a beaucoup moins de filles actives dans la musique [punk]. A priori rien ne les y empêche. Peut-être que tout simplement elles ne s'y retrouvent pas ?
Ever notice hardline radicals can go on start trips too, when no one's pure and right except themselves ? "The Party Line says no, feminists can't wear fishnets. You wanna help stop war ?, well, we reject your application ; you crack too many jokes and you eat meat".
What better way to turn people off than to twist ideas for change into one more church that forgets we're all human beings

Avatar du membre
Norma Bates
modérateur/trice
modérateur/trice
Messages : 1212
Enregistré le : 21 mai 2007 12:48

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par Norma Bates » 11 avr. 2019 13:25

Sujet intéressant. Et qui peut découler sur quelques autres.
Premièrement sur une grande question: qu'est ce que la scène punk aujourd'hui...
On pourrait peut-être dire qu'il y en a deux, je ne sais pas. En gros, la scène des groupes récents et la scène des dinos(talgiques). Les seconds étant peut-être moins enclins à découvrir de nouvelles choses... déjà satisfaits de ce qu'ils ont (connu). Ajouté à cela peut-être une différence entre concerts des grandes villes (comme les villes étudiantes avec des groupes plus jeunes, du coup) et les concerts de campagne. Parce que comme le dit abFab, bienvenue au musée, en effet sur certains concerts. On n'arrête plus les reformations. Et je suis mal placée pour critiquer ça, puisque les concerts auxquels je me rends maintenant, sont souvent des concerts avec des groupes pas tout jeunes.

Du coup, ouais, dans les concerts (de vieux donc, pour caricaturer), personnellement je trouve déjà qu'il y a de façon générale moins de groupes féminins, mais aussi moins de femmes dans le public, qu'il y a quelques années. Il y a aussi parfois de bonnes surprises et quelques exceptions. Sur un festival assez récent dans lequel je faisais partie de l'orga [j'ai même du mal à dire que je faisais partie de l'orga, ben ouais, on se sent toujours en dessous des copains qui "organisent" et choisissent les groupes, finalement], l'asso a fait jouer Cartouche, Missratched, La Fraction, Sin Logica (sans estampiller le truc d'antisexiste ni autre). Et ça c'était bien cool. Mais ça reste rare, du moins, je crois?
Sur des concerts avec des groupes plus récents, que je ne connais absolument pas, je constate qu'il y a plus de filles, sur scène et dans le public et pas que des filles "jeunes". Alors je ne sais pas, peut-être que les femmes en général se disent que dans les concerts de groupes anciens, ça va être un peu moins "safe" comme on dit. Qu'il y aura moins de gens se sentant concernés par les questions d'égalité et les problèmes de sexisme en tous genres. C'est juste une supposition. Je pense que meluzine, si elle fait un tour par ici, pourrait parler de toutes les femmes "actives" (grrrr) au contraire, puisqu'elle anime une émission de radio et qu'elle connaît plein de groupes féminins!

Je ne pense pas qu'il y ait forcément moins de femmes actives dans la scène punk en tous cas, je pense qu'elles restent parfois plus dans l'ombre, par contre. Par exemple derrière la tireuse ou aux entrées, à se prendre des "t'es très jolie tu sais" de la part de pochtrons avinés... et ce n'est même pas une caricature, c'est la réalité. Et quand on se met à parler musique et que les mecs voient "qu'on s'y connaît" un peu, alors là, bonjour les yeux ébahis, ils ne savent plus quoi dire, ils se referment comme des huîtres.... :shock: Ce n'est visiblement pas ce à quoi ils s'attendent d'emblée. Ils pensent qu'on est juste la copine d'un des mec des groupes et qu'à côté de ça, avec nos copines, le samedi soir on danse sur Miley Cirus en boîte, en buvant des margaritas (j'ai failli écrire Britney Spears et je me suis reprise pour ne pas faire trop ringarde).

Mais pour rebondir sur le titre du topic, il n'y a pas que dans les concerts (punk) que ça se constate, ce manque de considération des femmes de la scène, mais dans des sphères plus élargies aussi, comme les assos, les lieux de rencontre, les forums ou fils de discussions divers. Ici-même par exemple, on n'a pas été très nombreuses et ça n'a fait que diminuer malheureusement, alors qu'avant c'était chouette de lire des filles. Et puis ouais, on peut même parler carrément de haine des femmes, quand ça a pu parfois être très violent de la part de certains membres en mp (menaces de viol and co). Ça, c'est le plus grave, mais dans les petites choses aussi ça se ressent, quand on prend le temps de répondre en mp à une question posée sur un topic, que le gars lit le truc et ne prend même pas la peine de répondre, entre autres. De petites choses comme ça (se comporter comme si les femmes étaient de toutes façons moins dignes d'intérêt) dans le punk (comme ailleurs), c'est très répandu et ça fait aussi que parfois, on peut en avoir ras-le-bol et envie de jeter l'éponge justement dans cette sphère, qu'on avait espérée naïvement, et à tord, plus ouverte qu'ailleurs....

En tous cas, des groupes avec des membres féminins, il y en a, mais vu comme ça se passe déjà dans les petites interactions hommes-femmes dans ce milieu et tout ce qu'il y a à déconstruire, ajouté au principe des grandes amitiés de couilles, pas très étonnant que les organisateurs ne songent pas même à ces groupes là, en effet (ben ouais, si c'est pas des potos de potos, on s'intéresse moins, ça aussi c'est une réalité écrasante dans le keupon).
¤ L'étoffe des héros est un tissu de mensonges. ¤

Avatar du membre
niap
fait partie du décor
fait partie du décor
Messages : 1469
Enregistré le : 20 mai 2008 19:41

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par niap » 12 avr. 2019 9:09

Yo,

je vous fais part de ma petite expérience:
On organise depuis 6 ans maintenant le concert sans frontières, 4 groupes sur la soirée. En terme de femme sur scène on a eu
2013: La chanteuse de Kalynda et je crois dans la Cie KTA (j'étais à l'orga de loin cette année là, les souvenirs sont un peu évaporés)
2015: Chanteuse de O deves+une instrumentiste, Prince Ringard groupe paritaire et Cartouche avec Géraldine et Raymonde (paritaire???)
2016: Géraldine encore avec la Twal et Sissi Lucheni, groupe féminin
2017: Chanteuse dans les sans voix et chanteuse dans Fuck da Tourist
2018: Chanteuse dans psycho squatt
2019: chanteuse ready mades et chanteuse pur boeuf
Et au moins la moitié de l'echo-râleur (interscènes)

prog complète: http://concertsansfrontieres.ras73.lautre.net/

Dans l'orga, tout au long de l'année, on est entre 6 et 8 réguliers, dont 2 à 3 femmes. Le jour J, on est une quarantaine, je dirais à parité (je peux demander à la mandatée planning).
Tout au long de la journée où les tâches sont "libres", il y a autant de moustachus (voire plus) en cuisine que de femmes et autant de filles dans ce que certains penseraient plus masculin: technique, son, manutention de fûts...)
Dans la soirée, où les tâches sont définies mais à la demande de la personne, on se retrouve finalement avec la parité en cuisine, des femmes au "SO", au bar...
Et le dimanche au nettoyage, on se retrouve quasiment avec les 8 réguliers+2-3 copains copines, donc tout le monde se met à la vaisselle, nettoyage des chiottes, serpillères (et c'est normal).

Pour le choix des groupes, en général on part sur 2 groupes locaux (Chambé, Grenoble, Annecy voire Lyon et Genève) et deux "nationaux". On essaie de varier les styles ( c'est pas punk, c'est antifa), qu'ils ne soient pas cher en défraiement, qu'ils aient un bout de conscience politique. J'avoue que le côté mixte n'a pas été discuté comme critère (excepté pour cette année, mais finalement le résultat...)
Il n'est pas très facile pour nous, déjà de trouver des groupes, de se mettre d'accord sur le choix, que les groupes soient dispo (on a loupé Mondragon et Missratched cette année) et qu'on n'a pas une connaissance profonde des groupes "féminins" (du coup, l'idée de AbFab m'intéresse).
Ça ne fait pas avancer le débat, mais il est difficle de tout concilier (styles, pas cher, dispo, antifa un minimum, mixte...), on y travaille.
Et pendant ce temps là, papon, libre jubile
l'état n'est pas ingrat quand on lui est servile
Chassant négligemment d’un revers de la main
L’image des enfants qui partent dans les trains

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 739
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par bub » 12 avr. 2019 15:21

Disons que c'est l'annonce ici-même d'un concert de punk rock féministe qui m'a quelque peu remotivé.
chouette concert avec uniquement des groupes féminins qui a tout déchiré : faut dire que le public était à la hauteur ! (c'était gavé de monde)
quelques histoires envers les hommes cis - de quoi alimenter un sujet à l'occasion - mais franchement chapeau sur l'organisation...
comme quoi un concert 100% sans mecs, c'est possible et yavait même pas grrrls dans le titre ;)
et hop !

Avatar du membre
Alcibiade
fait partie du décor
fait partie du décor
Messages : 1319
Enregistré le : 17 mai 2005 22:53

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par Alcibiade » 17 avr. 2019 18:29

abFab a écrit : Prenez le unpleasant grrlz festival : 12 meufs sur scène sur un total de 30 zicos. Je suppose que dès que le quota de 30%...
Pour avoir joué dans ce festival, il n'y avait aucune pretention féministe, le "girl" du titre étant lié au fait qu'il n'y avait que des groupes à chanteuse, il me semble. On peut discuter du terme "girl", de si faire un tel plateau relève de l'action affirmative ou de la préférence artistique passivement sexiste, du fait qu'il aurait pu etre bienvenu que l'affiche soit faite par une meuf, ou justement du manque de politique dans tout ça. Mais on ne peut pas faire de procès en apropriation politique.
En tout cas, le constat reste affligeant, et dès qu'on aborde les questions de genre et de race on voit que ça coince...

jim
touriste
touriste
Messages : 77
Enregistré le : 08 avr. 2008 0:48

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par jim » 22 avr. 2019 12:16

J'écoutais ça récemment et ils en parlent dedans également : https://www.franceculture.fr/emissions/ ... feministes

Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 445
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par meluzine » 26 avr. 2019 15:24

Norma Bates a écrit :
11 avr. 2019 13:25
Sujet intéressant. Et qui peut découler sur quelques autres...
Alors je ne sais pas, peut-être que les femmes en général se disent que dans les concerts de groupes anciens, ça va être un peu moins "safe" comme on dit. Qu'il y aura moins de gens se sentant concernés par les questions d'égalité et les problèmes de sexisme en tous genres. C'est juste une supposition. Je pense que meluzine, si elle fait un tour par ici, pourrait parler de toutes les femmes "actives" (grrrr) au contraire, puisqu'elle anime une émission de radio et qu'elle connaît plein de groupes féminins!

Je ne pense pas qu'il y ait forcément moins de femmes actives dans la scène punk en tous cas, je pense qu'elles restent parfois plus dans l'ombre, par contre. Par exemple derrière la tireuse ou aux entrées, à se prendre des "t'es très jolie tu sais" de la part de pochtrons avinés... et ce n'est même pas une caricature, c'est la réalité. Et quand on se met à parler musique et que les mecs voient "qu'on s'y connaît" un peu, alors là, bonjour les yeux ébahis, ils ne savent plus quoi dire, ils se referment comme des huîtres.... :shock: Ce n'est visiblement pas ce à quoi ils s'attendent d'emblée. Ils pensent qu'on est juste la copine d'un des mec des groupes et qu'à côté de ça, avec nos copines, le samedi soir on danse sur Miley Cirus en boîte, en buvant des margaritas (j'ai failli écrire Britney Spears et je me suis reprise pour ne pas faire trop ringarde).
Salut Norma ! :sm26:
Bah ouais c'est clair, des meufs actives y en a plein, des meufs qui organisent y en a plein... Y en a plein dans l'ouest en a dans l'est aussi. Y en a plein qui font des groupes et sil elles ne sont pas invitées c'est que ne va pas les chercher.
Quelque soit la scène, dans la scène DIY elles sont présentes, elles s'impliquent, elles jouent. Dans les scène plus trad', bah c'est trad alors y a des efforts à faire mais bon... Dire que c'est pas possible, c'est de la mauvaise foi.
Et les endroits où il y a plus de mecs dans les orgas, il faudrait se questionner sur ce qui ne va pas. Se remettre en question.
Dans ce cas là il ne faut pas hésiter pour les meufs qui n'osent pas, de se lancer ensembles, prendre des initiatives. J'encourage vraiment celles qui ne trouvent pas leur place à le faire.

Pour les fest, c'est plus facile de choper les groupe en tournées, surtout si ça ramène du monde. Mais si certaines orga le voulaient, elles payerais des billets d'avion ou un aller-retour en gasoil pour des groupes de/avec des meufs. Quand on se donne la peine de chercher, y en a plein. Mais est ce que l'implication de certains est assez profonde pour aller chercher plus loin pour trouver ces groupes et les inviter ? Non. C'est tout.
Suffit de regarder les playlists de mes émissions pour choper des groupes pour ceux qui ont la flemme ;)
Modifié en dernier par meluzine le 26 avr. 2019 16:53, modifié 1 fois.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités