Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Le punk n'est pas qu'une musique ! Ici on discute de l'actualité, des manifs et des résistances en lien direct avec notre culture. "Make punk a threat again", ça vous dit encore quelque chose ?!
Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 462
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par meluzine » 26 avr. 2019 15:42

Alcibiade a écrit :
17 avr. 2019 18:29
abFab a écrit : Prenez le unpleasant grrlz festival : 12 meufs sur scène sur un total de 30 zicos. Je suppose que dès que le quota de 30%...
Pour avoir joué dans ce festival, il n'y avait aucune pretention féministe, le "girl" du titre étant lié au fait qu'il n'y avait que des groupes à chanteuse, il me semble. On peut discuter du terme "girl", de si faire un tel plateau relève de l'action affirmative ou de la préférence artistique passivement sexiste, du fait qu'il aurait pu etre bienvenu que l'affiche soit faite par une meuf, ou justement du manque de politique dans tout ça. Mais on ne peut pas faire de procès en apropriation politique.
En tout cas, le constat reste affligeant, et dès qu'on aborde les questions de genre et de race on voit que ça coince...
Héhé j'y étais aussi, j'ai bien aimé le fest, au moins la démarche était là même s'il y a encore du boulot. J'ai une petite annecdote sur la soirée :

Devant la scène y avait un daron parisien en mode, je suis en terrain conquit.
Le mec faisait deux mètres, bien sur il était tout devant et parlait tout le concert avec son pote photographe en critiquant tout se qu'il se passait. On voyait rien, les deux bavassaient comme deux consierges et on entendant qu'eux, bref à baffer. Et surtout rien à foutre là.

J'étais juste derrière le grand, au bout d'un moment je le vire, il me regarde comme si j'étais une pouffe, comment j'avais osé ? Et puis entre temps il est devenu sourd. Donc rien à f.. j'essaye de lui expliquer avec des gestes concis : "Toi grand, toi devant, toi tu te casses..." J'ai fini par le pousser en mode vénère et me coller devant pour regarder le groupe, devant ça tronche outrée. Il ne voyait pas le problème, mais vu ma gueule, il a finit par capituler et comprendre que s'il ne me laissait pas passer il allait s'en prendre une.
Je me suis fais la réflexion, tu viens à un fest de groupes de meufs, mais tu ne peux même pas te mettre devant sans qu'un blaireau pas déconstruit ai un éclair de lucidité sur ta place devant, déjà au moins pour voir les groupes et lui se mettre sur le côté pour faciliter la vue pour tout le monde.... Bah ouais...

Morale de l'histoire, faut leur dire de se casser, si tu ne fais pas ta place on ne te la fera pas :batte:

Avatar du membre
Norma Bates
modérateur/trice
modérateur/trice
Messages : 1212
Enregistré le : 21 mai 2007 12:48

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par Norma Bates » 26 avr. 2019 16:43

meluzine a écrit :
26 avr. 2019 15:24
Salut Norma ! :sm26:
;) :sm26: Ah ben, on t'attendait!

D'accord sur le côté mauvaise foi, quand on veut, on s'intéresse, on découvre, on écoute, on va voir, et on fait jouer des groupes féminins.
Y a donc l'émission I hate music, dans laquelle on peut régulièrement entendre des filles causer et faire de la musique.
https://ihatemusicradioshow.tumblr.com/ ... s-du#notes
(C'te promo d'enfer t'as vu).
Devant la scène y avait un daron parisien en mode, je suis en terrain conquit.
Le mec faisait deux mètres, bien sur il était tout devant et parlait tout le concert avec son pote photographe en critiquant tout se qu'il se passait. On voyait rien, les deux bavassaient comme deux consierges et on entendant qu'eux, bref à baffer.
Ah ah, on a eu les deux mêmes devant Angelic Upstarts, récemment. C'est qu'ils se déplacent en plus, ces relous! :lol:
¤ L'étoffe des héros est un tissu de mensonges. ¤

Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 462
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par meluzine » 26 avr. 2019 16:58

;) :sm26: Ah ben, on t'attendait!
J'étais pas loin !!
D'accord sur le côté mauvaise foi, quand on veut, on s'intéresse, on découvre, on écoute, on va voir, et on fait jouer des groupes féminins.
Y a donc l'émission I hate music, dans laquelle on peut régulièrement entendre des filles causer et faire de la musique.
https://ihatemusicradioshow.tumblr.com/ ... s-du#notes (C'te promo d'enfer t'as vu).

Yeah ! ;) en plus je viens de poster le dernier podcast, y aura de quoi s'en jeter dans les esgourdilles :punk2:
Devant la scène y avait un daron parisien en mode, je suis en terrain conquit.
Le mec faisait deux mètres, bien sur il était tout devant et parlait tout le concert avec son pote photographe en critiquant tout se qu'il se passait. On voyait rien, les deux bavassaient comme deux consierges et on entendant qu'eux, bref à baffer.
Ah ah, on a eu les deux mêmes devant Angelic Upstarts, récemment. C'est qu'ils se déplacent en plus, ces relous! :lol:
Je n'ai qu'une chose à dire : Au bûcher !

Avatar du membre
Norma Bates
modérateur/trice
modérateur/trice
Messages : 1212
Enregistré le : 21 mai 2007 12:48

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par Norma Bates » 26 avr. 2019 17:09

Je m'occupe du petit bois.
:pirate:
¤ L'étoffe des héros est un tissu de mensonges. ¤

kolonel muller
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1263
Enregistré le : 07 mai 2005 13:22

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par kolonel muller » 26 avr. 2019 17:54

Norma Bates a écrit :
26 avr. 2019 16:43
Devant la scène y avait un daron parisien en mode, je suis en terrain conquit.
Le mec faisait deux mètres, bien sur il était tout devant et parlait tout le concert avec son pote photographe en critiquant tout se qu'il se passait. On voyait rien, les deux bavassaient comme deux consierges et on entendant qu'eux, bref à baffer.
Ah ah, on a eu les deux mêmes devant Angelic Upstarts, récemment. C'est qu'ils se déplacent en plus, ces relous! :lol:
J'en ai eu un comme ça à côté de moi à Binic l'été dernier : le mec le seul truc qui l'intéressait c'était de porter les meufs qui slamaient, là, il s'arrêtait de parler :bigcry:
Un abruti total ... Il aurait été à un concert de [ écris ici le nom d'un groupe de merde : ....................... ] c'était pareil !!!!

Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 462
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par meluzine » 26 avr. 2019 18:34

J'en ai eu un comme ça à côté de moi à Binic l'été dernier : le mec le seul truc qui l'intéressait c'était de porter les meufs qui slamaient, là, il s'arrêtait de parler :bigcry:
Un abruti total ... Il aurait été à un concert de [ écris ici le nom d'un groupe de merde : ....................... ] c'était pareil !!!!
T'inquiète, avec Norma on organise un petit barbecue, viens on va leur règler leur compte :lol:

Avatar du membre
Jul
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 440
Enregistré le : 19 sept. 2004 22:25

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par Jul » 07 mai 2019 13:49

Question à 2 cents: c'est un problème de la scène musicale en général ou un problème spécifique à certains genres musicaux? (trop casanier depuis quelques temps pour pouvoir me faire une idée).
Ils sont parmi nous, nous sommes parmi eux...

Avatar du membre
abFab
Administrateur
Administrateur
Messages : 822
Enregistré le : 27 août 2003 19:12

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par abFab » 07 mai 2019 15:59

Jul a écrit :
07 mai 2019 13:49
Question à 2 cents: c'est un problème de la scène musicale en général ou un problème spécifique à certains genres musicaux? (trop casanier depuis quelques temps pour pouvoir me faire une idée).
Ya le HCE (haut comité à l'égalité) qui a pondu un rapport l'année dernière
C'est du pdf => https://hfbretagne.files.wordpress.com/ ... vlight.pdf
"FOCUS – Une étude du HCE sur les artistes programmé.e.s dans les festivals de musiques actuelles

Une étude quantitative menée par le HCE sur un panel de 9 festivals de musiques actuelles et de variétés tous
genres confondus révèle que, sur la période 2015-2016, seulement 19 % des artistes programmé.e.s en solo
sont des femmes. En ce qui concerne la programmation des groupes, 93 % des groupes sont composés
majoritairement ou exclusivement d’hommes et 5 % sont mixtes. Les groupes majoritairement ou
exclusivement composés de femmes sont donc l’exception et ne représentent en moyenne que 2 % des
groupes programmés (tous festivals confondus).

Si tous les genres musicaux sont concernés, les inégalités de sexe sont encore plus frappantes pour l’électro
et le métal
: le festival Electrobeach ne compte en moyenne que 5 % de « DJettes » sur la période (3 en 2015,
dont un duo de femmes, et 4 en 2016) ; le Hellfest n’a programmé qu’un seul groupe majoritairement composé
de femmes sur les 2 éditions. Les Nuits sonores n’ont programmé aucun groupe de femmes en 2015. Au
total, seules 18 femmes (le plus souvent chanteuses) ont été répertoriées parmi les 324 groupes des éditions
2015 et 2016 du Hellfest.

Autre résultat frappant : que ce soit pour le festival Jazz in Marciac ou le festival Jazz à Vienne, aucun groupe
composé majoritairement ou exclusivement de femmes n’a été programmé sur la période.
Seuls les festivals de chanson et de variétés tels le Printemps de Bourges et les Francofolies de La Rochelle
font remonter à 25 % et 30 % le nombre d’artistes femmes programmées en solo"
Après je sais pas trop si on peut en tirer des conclusions...
(en sachant que le Hellfest est qualifié de metal, mais bon, on y retrouve tous les groupes punks habitués des grandes scènes)

Par contre il ya une piste ici pour comprendre comment fonctionnent les mécanismes (et comment se construisent des scènes):
"FOCUS - Une concentration dans les programmations « les moins prestigieuses » et le jeune public : l’exemple du conte

Les femmes investissent en priorité les domaines de l’enfance et de la petite enfance, désertés par les hommes. Il y a ainsi une majorité de femmes dans le théâtre jeune public (43 % de spectacles pour jeune public mis en scènes ou chorégraphiés par des femmes, contre 29 % par des hommes) ainsi que dans le domaine du conte, plus connoté « féminin » (plus de 58 % de femmes parmi les inscrit.e.s au site « Contes et Conteurs »). Pourtant, si les femmes sont plus nombreuses, la reconnaissance est encore trop faible. Le théâtre jeune public est programmé la plupart du temps en journée pendant le temps scolaire, rarement sur les grands plateaux et ne bénéficie que de petits budgets (même si une petite partie des représentations se déroule pour tout public en horaires de soirée).

Françoise BARRET et Guy PRUNIER, conteurs membres de l’association pour la promotion des artistes conteurs (APAC) relèvent que plus l’on monte dans la hiérarchie des programmations dites « prestigieuses » ou subventionnées, moins il y a de femmes conteuses programmées. Il ne faut donc pas se fier à l’illusion du nombre : bien que majoritaires, les programmateur.rice.s donnent la priorité aux conteurs hommes pour les évènements en soirée, les ouvertures ou fermetures de festivals (75 % de ces soirées spéciales mettent en vedette des hommes), les conférences (7 femmes invitées contre 16 hommes sur la période 2012-2013).

La sociologue Marion FIRECKA, dans une étude portant sur la période 2012-2013, révèle également que le type de public varie fortement en fonction du sexe du.de la conteur.euse : plus le public est jeune, plus les femmes sont nombreuses (et inversement), on compte par exemple près de 65 % de femmes conteuses pour les spectacles adressés à un très jeune public (5 ans et moins) mais elles sont moins de 40 % pour les publics de plus de 12 ans.

Les hommes sont en outre surreprésentés dans les lieux culturels prestigieux : près de 75 % des spectacles qui ont eu lieu dans un opéra ou sur une scène nationale au sein des 1 235 programmations étudiées par Marion FIRECKA sont réalisés par des hommes, au contraire les femmes sont largement majoritaires (62,5 %) dans les médiathèques et les bibliothèques. Moins programmées dans les salles prestigieuses et moins subventionnées, les conteuses adaptent donc leur répertoire et leurs créations aux plus petites structures, ce qui limite in fine leur accès aux grandes scènes et la diffusion de leur travail auprès d’un public plus large."
Sans avoir l'esprit trop tordu, je pense qu'on peut raisonnablement appliquer les même caractéristiques à nos concerts et nos festoches.
Et ce genre d'analyse, si on est un peu lucide, ça file les billes pour comprendre comment faire pour que ça change....

:headbang:
bla bla bla
http://blog.abfab.ninja

(a)social
Mastodon : https://mstdn.io/@abFab


"Messieurs, j'ai refait tous les calculs. Ils confirment l'opinion des spécialistes : notre idée est irréalisable. Il ne nous reste qu'une chose à faire : la réaliser." (Latécoère)

Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 462
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par meluzine » 07 mai 2019 16:27

Yeap merci Abfab.
Petit clin d'oeil au festoch de Binic, qui en plus d'être gratos et au bord de la mer, met une prog féminine en avant :
https://www.binic-folks-blues-festival.com/

Avatar du membre
Jul
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 440
Enregistré le : 19 sept. 2004 22:25

Re: Les festivals qui n'aimaient pas les femmes

Message par Jul » 07 mai 2019 21:39

Me suis posé la question pour la musique classique du coup. Parce que de prime abord quand on voit un orchestre symphonique on voit en général une relative mixité de genre. Mais ensuite on se dit que l’on voit rarement de cheffe d’orchestre. Donc rapide tour sur la toile et quelques chiffres qui montrent que le problème est aussi palpable dans le classique:
Selon un blog du monde:
  • parmi les compositeurs inscrits à la Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique (SACEM) en 2015, 8% seulement étaient des compositrices.
  • En 2016, seulement 10% des scènes de musiques actuelles étaient dirigées par des femmes
Pour ce qui est du pur classique (selon Femmes Maestros):
96% des opéras, 95% des concerts et 85% des centres dramatiques nationaux sont dirigés par des hommes
Pourtant, selon le rapport 2010 du Ministère de la Culture
Les filles représentent 55,2 % des élèves en musique, alors qu’elles représentent environ 49 % de la population des moins de 20 ans. Cette proportion est quasiment identique en CRR et en CRD. Elles sont par ailleurs majoritaires en toutes régions, avec un minimum de 51,8 % en PACA et un maximum de 59,4 % en Picardie.
Donc à la base de la pyramide on a bien une bonne représentativité de genre. C’est ensuite que cela coince, et apparemment pas qu’un peu.

Bref, c’est pas gagné gagné tout ça et ce n’est pas que tel ou tel genre musical.
Ils sont parmi nous, nous sommes parmi eux...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités