Ca a chauffe a Limoges.

Le punk n'est pas qu'une musique ! Ici on discute de l'actualité, des manifs et des résistances en lien direct avec notre culture. "Make punk a threat again", ça vous dit encore quelque chose ?!
Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 385
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Ca a chauffe a Limoges.

Message par meluzine » 06 févr. 2009 13:38

Voila la copie d un mail que j ai recu. Je n ai pas entendu parle de cette histoire avant.
Moi je suis jamais en France putain j hallucine ca deviens n impote quoi...
----------------------------------------------------------------------------------------------------

copie d'un mail reçu, relatant la force de frappe de notre police nationale !
c'était la semaine dernière à Limoges... Prenez-en connaissance, et faites éventuellement tourner le message...
c'est simplement inadmissible !

//----------------
Alors , vite fait, pour informer ceux qui n'était pas la et pour relayer l'info, voila ce qui s'est passé ce jeudi 22 Janvier a Limoges: Faites passer l'info svp, n'ayant pas les adresses de tout le monde.

Un sound system s'organise au Teddy Bear, rue Delescluze à Limoges. A la base le sound-system se fait en soutien aux supporters Bordelais "emprisonnés injustement" comme le dit l'affiche qui annonce la soirée. . Tout se passe bien , il y a une super ambiance, le bar est bondé, on est plusieurs à passer des vyniles, il est 23H environ et la soirée s'annonce bien, le son n'est pas trop fort et l'ambiance bon enfant. Vers 23H30, du fond du bar, derriere les platines et face a la piste de danse, N, B, et moi voyons 2 flics, suivi de 2 autres essayer de se frayer un passage dans le bar, tonfa a la main, dans notre direction. A partie de la, les flics chopent violemment un gars qui dansait tranquillement , lui mettent les menotes et se mettent a hurler "tu te calme! Tu te calme!!", paradoxalement le gars n'oppose aucune résistance, et se voit etranglé facon savate par les keufs. Forcément on bouge vers les flics pour demander des explications, tout le bar ne pige plus rien, on veut s'expliquer, se demandant ce qui se passe pour justifier une arrestation facon "on a chopé le cartel"... Les gens veulent sortir en masse, saisis par l'incompréhension, dehors les collegues qui saisissent la situation nous incitent a rentrer dans le bar histoire d'éviter le grabuge et l'emeute générale. Nous voila parqués dans le bar, tous assez remontés (une quarantaine de personnes, collègues, camarades, amis, gens là par hasard,et heureusement pas d'enfants!); Ensuite deux trois flics rentrent dans bar histoire de tater l 'ambiance générale. Forcément sa part un peu dans tout les sens, mais sa reste verbale, sa reste des interrogations, des injonctions aux flics style "mais calmez vous, c'est idnadmissible, que se passe t-il?"...Mais ayant chopés déja deux gars, raison de leur venue d'origine apparament, il reste des places dans les voitures qui arrivent. On ne voit pas bien de l'interieur du bar mais deja 4 voitures dont une de la BAC sont là, et d'autres arriveront par la suite. En plus c'est pratique, ils sont venus interpeller deux mecs, et ils se retrouvent dans un bar bondé de "gauchistes", red ou anar, en plus de quelques étudiants, c'est le moment de faire monter les quotas. On dirait les flics du Bopé version beaufs Limousins, remontés a bloc de cc, une gazeuse dans la main, un tonfa dans l'autre. La tension est palpable, le flic ouvre la porte du bar donc, N, qui a bu du jus de fruits toute la soirée, l'interpelle poliment "calmez vous que se passe t'il, qu'a t-on fait?" De là le flic sort un truc du style "qu'est ce que t'as il y a un truc qui va pas? Ya un truc qui va pas?"il repete sa deux trois fois en hurlant, Un hippie a ma droite commence a vouloir jouer le rebel, quelque potes un peu plus en retrait hurlent au flics de s'arreter, que oui si sa se passe comme sa, il les attendent parce que effectivement "ya un truc qui vas pas"...De là, ca part, Le hippie se fait tirer hors du bar par les flics, menotté et embarqué dans une bagnole, puis c'est au tour de N de se faire embarquer, comme sa, pour le plaisir,je sens que je vais y passer aussi alors je tente de garder le sang froid. C'est le moment de faire du quotas, en pleine période de paranoia terroriste, de manif pro palestinienne et de fetes en soutien pour des mecs injustement emprisonnés et de surcroit des antifascistes. Sa fait déja 4 arrestations en un quart d'heure, il n'est peut-etre meme pas minuit. Dans la panique générale, on sort du bar, les flics sont une dizaine, arnachés comme des guerriers, la haine dans les yeux, gazeuzes et tonfas a la main. Il y a 7 bagnoles de flics, girophares allumés, sous la pluie, dans la rue Deslescluze. Une des rues certainement les plus étroites de limoges, en plein centre ville. Inutile de dire que l 'ambiance est Madmax, que un ou deux mecs de l'Uni se rincent l'oeil comme il faut et jubilent de leur fenetre, tandis que Alban, le jongleur, le relou qui vous a emmerdé au moins une fois en soirée, et qui s'avére étre la balance des flics, s'est tiré en douce,( faire ses valises j'éspère pour lui)...
Bref on décide de re-rentrer dans le bar, quitte a etre en sécurité. Mais c'est l'inverse qui se passe, je voit un flic arriver de l'extérieur, tonfas a la main vers la porte. Les quelques-uns qui sont a proximité de la porte essaient de la bloquer, je tente de la bloquer avec mon pied sans vraiment comprendre ce que le flic cherche a faire, du moins a ne pas réussir a me résigner au fait que si, il a bien l'intention de nous gazer dans le bar...Le flic s énerve, les deux trois copains qui étaient dehors nous ont dit par la suite que les keufs étaient hyper enragés, et etait en train de préparer les matraques pour exploser la vitre du bar, quitte a faire un massacre. Nous de l'intérieur on sent bien que sa pue, et on prefere arreter de retenir la porte, les flics entre alors a 5 ou 6, je me retrouve face a eux, je les voient qui choppe les gazeuses et commencent à parquer tout le monde au fond du bar, comme des moutons, les chaises tombent, les verres se brisent, et le matos de musique ainsi que les disques, alors par terre vont se trouver mal en point, pas autant que les gens. Je choppe ma meilleure amie en pleurs, et on se cale entre le comptoir et la vitre, histoire de se protéger des jets de gaz lacrymo. Sa y est, les flics avancent et gazent pendant un moment, Les gens se mettent a genoux, suffoquent vomissent, pleurs...et les flics ressortent en faisant bien gaffe de refermer la porte sur nous! Histoire de nous faire savourer le parfum et de nous rabaisser. Facon SS... Tout le monde sort, sort, crache etc... tout le monde est bien choqué, on a encore une fois, rien compris a ce qui se passait, et encore une fois heureusement qu'il y avait pas d'enfants. Tout le monde est en larmes, et la pluie n'arrangent pas les choses meme le patron du bar ne capte rien et se ruent vers les flics en demandant des explications, j'y vais aussi, seule réponse du bleu: "je ne sais pas je viens d'arriver"... Ok, on a tous compris, sadisme gratuit, nouvelle politique répressive, traque aux gauchos,et ce n'est qu'un début...Je pars faire un tour, histoire de me calmer et tenter d'apercevoir le pote dans les voitures qui partait...J'ai mal aux tripes, bien plus qu'aux yeux et j 'ai le coeur en feu, je reviens , je vois quelqu'un a terre, jeans et adidas, un pote donc, un flic lui appuie sur la nuque avec son genoux le maintien a terre, je vois ses jambes, elles ne bougent pas, il n'y a donc pas de résistance. Il sera face contre terre, immobile, un flic sur lui, dans la pluie battante, durant 10 minutes avant d'etre embarqué. On a l'impression d'etre dans une mauvaise série B ou les pourris seraient a donf de coke, sa fait vraiment flipper, les gens pleurent ou sont enervés. Bon on est a 6 arrestation et il est a peine minuit et demie...et le teddy bear, c'est Bagdad maintenant. Les flics se barrent, on décident de tous aller au comico. Ont prend les voitures, on est une vingtaine a se retrouver las bas, témoins lambdas venus porter plainte pour agression. Le patron d'un autre bar est avec nous, on se dirigent en masse vers le comico, la grille est fermée, mais on peut voir l intérieur du comico avec les policiers. Le gérant du W demande a l'interfone de rentrer, pour porter plainte pour agression, on garde tous notre calme, on se pose en tant que victimes. Le flic a l'interfone fait semblant de ne pas comprendre, et en meme temps une dizaine de flics sortent du comico, se mettent face a nous derriere les grilles, gazeuses a la main et pas sereins, comme quoi ils sont conscients de ce qu'ils ont fait et s'attendent a une réaction violente qui aurait été légitime. Mais on la joue tranquille, on leur dit qu 'on cherche pas les embrouilles, qu'on veut juste faire une déposition, porter plainte et prendre des nouvelles de nos deux potes. Il est 13:36 le lendemain, toujours pas de nouvelles... Bref les flics refusent, ce qui est illégal soit dit en passant... On repart en s'apercevant qu'on est cerclé de bagnoles de flics, postées aux carrefours... surement "au cas ou".
Suite a sa, on continue la soirée dans un autre bar ou on décide de s'organiser d'établir une liste de contacte, de relayer l'info par les journaux locaux, de se faire faire des certificats de santé certifiant du choc de l'agression, physique comme psychologique, d'aller porter plainte, etc...4 iront le soir meme aux urgences, a cause de la lacrymo, 2 se seront fait apparament embarqués alors qu'il était partis porter plainte en solo, et les autres ne dormiront pas de la nuit.
Je pense avoir relaté la situation assez justement, sans exagérer et sans rentrer dans une complainte anti keufs, juste la vérité et les ressentis a chaud. Essayer de relayer l'info ou vous pouvez, on n'a pas de nouvelles de nos comperes mais on peut s'attendre a avoir besoin de soutien. Faites tourner un max, et si j'ai oublié des faits qui pourraient servir, ceux qui étaitent la merci de les rajouter. De plus, il est super important d'aller voir le procureur le plus tot possible, a titre individuel ou en petit groupe de 2,3 et d'expliquer qu'on a pas pu déposer plainte et expliquer le déroulement de la soirée à base de "je suis choqué, je ne comprends pas ", plutot que "sale flic on va cramer ta mére" ok ;)

Le texte exprime bien mon ressenti de la soirée! Je pense qu'on peut juste rajouter qu'au moment du gazage un groupe d'un vingtaine de personnes a réussi à ouvrir une fenêtre au fond du bar qui donne sur une cour intérieure d'environ 3 ou 4 m carrés! Tout le monde gerbait, pleurait, hurlait, crachait à mort et les flics eux restaient persuadés qu'on s'était tout simplement enfuis alors ils se sont mis à nous courir après en passant par l'extérieur du bar (inutilement puisqu'on était dans une impasse). Quand ils ont enfin compris leur connerie ils se sont ramenés à 5 ou 6 (enfin c'est ce qu'on voyait de cette petite cour surnommée "clapier") gazeuses prêtes à être à nouveau utilisées sur un groupe de gens en larmes demandant seulement qu'on les laisse tranquilles histoire de respirer. Un regard méprisant, et un sentiment d'humiliation qui naît forcément instantanément. Finalement ils nous disent seulement de sortir mais bon il faut bien qu'ils en rajoutent, alors ils nous poussent comme du bétail et nous agrippent comme si on était des dangereux tueurs! Une amie qui est tombée pendant la panique saigne à mort du genou et boîte. Un flic la pousse violemmment pour qu'elle avance plus vite! Finalement arrivés dans la rue on voit toutes ces bagnoles de flics sans trop comprendre ce qui se passe! Une bonne douzaine apparamment! Ça paraît hallucinant puisqu'il n'y a eu aucun mouvement de violence de notre part à part quelques joutes verbales! Un peu plus tard on apprend que quatre personnes se sont fait gazer une deuxième fois alors qu'elles s'étaient réfugiés dans les chiottes! Pas besoin de faire un dessin quant à la taille que peuvent faire les chiottes!
La réaction de ces flics me paraît tout simplement inhumaine et je ne comprends toujours pas comment ils ont pu en arriver là et quels sont nos torts dans l'histoire! Faites tourner à mort sérieux! Ce qui s'est passé hier soir est vraiment grave!
//-----------------------------

Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 385
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par meluzine » 06 févr. 2009 14:11

Warfff, excusez moi pour le double envoi du poste la connexion deconne....

Avatar du membre
PariA
Administrateur
Administrateur
Messages : 1515
Enregistré le : 06 mai 2004 12:59

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par PariA » 06 févr. 2009 14:42

Image
>> T'es vraiment un nulos Paria ! \o/ \o\ |o| /o/ \o/

Avatar du membre
melvin
légende vivante
légende vivante
Messages : 2091
Enregistré le : 23 juin 2004 0:43

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par melvin » 06 févr. 2009 15:04

oooh mais c'est un mythe tout ça ! Vous n'avez pas entendu notre président hier soir ? "Les violences policières ? Il faut tout faire pour les éviter !"
Hey, professor! I recognize these teeth. This is Felipe Ocanya. He knew the jungle as well as I do

kolonel muller
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1182
Enregistré le : 07 mai 2005 13:22

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par kolonel muller » 06 févr. 2009 17:19

Salut!
J'espère que tu nous tiendras au courant des suites de l'affaire...
Bon courage!

Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 385
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par meluzine » 06 févr. 2009 18:13

kolonel muller a écrit :Salut!
J'espère que tu nous tiendras au courant des suites de l'affaire...
Bon courage!
Bah moi je suis pas du tout dans le coin, je suis putot en Polonie en ce moment et malgres qu il y a plein de faf ou de debile profonds ici j ai vraiment l impression que c est vraiment plus cool que d etre en France en ce moment quand je lis les c onneries gouvernementales, les lois qu ils sont en train de nous pondre...
Apres je connais pas grand monde vers Limoge mais y a Bootboy79 qui est pas loin il est peut etre au courant... ce mail m est arrive apres etre passe par pas mal de connaissances..
Apres les flics font souvent chier les bar quand il y a des concerts oriente punk ou anar.. c est pas nouveau (a nantes les bar ou ils y avais des concerts punk on bizzarement fermes en moins de deux ans..) en Bretagne je crois qu il y a pas mal de problemes du aux ''troubles du voisinages'' la grosse excuse qui marche a tous les coup meme quand tous les voisins sont cliens du bar....
Putain mais la quand meme ca deviens n importe quoi... tu t exprime tu fais une fete pour soutenir les copains et tu te prend le prix d une emeute dans la tronche et dans 20m carre.. brrr pays de merde.
:goulag: :goulag: Ici il fait froid mais c est clair je reste en pologne...

Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 385
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par meluzine » 06 févr. 2009 23:30

Trouve sur le site de Le poulaire, journal local a limoges...
-----------------------------------------------------------------------------------------

''Le procureur de la République de Limoges a demandé des auditions complémentaires dans le cadre de l'utilisation de gaz lacrymogènes par la police dans un bar de Limoges. Les jeunes dénoncent un dérapage. La police affirme avoir utilisé la force nécessaire.

La police de Limoges a-t-elle dérapé ou l’utilisation de gaz lacrymogènes dans un bar du centre-ville était-elle au contraire justifiée ? Des enquêteurs de la Sûreté départementale ont été chargés, par le procureur de la République de Limoges, de procéder à des auditions complémentaires afin de trouver réponse à cette question à la suite d’une intervention musclée de la police au bar le Teddy Beer, le 22 janvier.

« Au départ, l’intervention était justifiée »

Ce soir-là, une soirée sound-system est organisée, rue Delescluze. Vers 23 h 30, deux policiers interviennent dans le bar et interpellent un homme. Jusque-là, rien d’anormal selon le procureur de la République Olivier Tcherkessoff. « L’intervention des policiers était justifiée au départ. Ils devaient procéder à cette interpellation. Mais elle s’est déroulée dans des conditions difficiles. » Selon des témoins, certaines personnes dans le bar auraient « voulu s’expliquer et comprendre ». Les policiers disent avoir été copieusement insultés, encerclés et reconnaissent avoir utilisé leur ‘’lacrymo’’ pour se dégager.

Les policiers ont finalement interpellé cinq personnes : deux pour l’affaire initiale concernant un vol de carte bleue et trois autres pour outrage et rébellion. Pour certains témoins, la police a utilisé des moyens totalement démesurés.
(...)

Pour le procureur Tcherkessoff, « des auditions complémentaires ont été réalisées pour comprendre le comportement des uns et des autres, de manière à obtenir une enquête totalement transparente. »

« Aucune faute n’a été commise », selon le commissaire Fredou

Hier après-midi, le commissaire Helric Fredou a apporté une version bien différente de celles données par les jeunes gens dans le bar. « Aucune faute n’a été commise. Les policiers de la canine sont intervenus en prenant soin de laisser le chien dans la voiture, pour ne pas créer de tensions. Ils étaient en tenue, ont interpellé un jeune à l’extérieur pour le vol de carte bleue et un autre dans le bar. A noter qu’ils ont également prévenu le patron du bar avant l’interpellation. A ce moment-là, des jeunes éméchés ont pris à partie les fonctionnaires. L’un d’eux a tenté de s’emparer de l’arme de service d’un policier. Les deux fonctionnaires, encerclés par quarante jeunes, ont utilisé les ‘’lacrymo’’ pour pouvoir sortir. Ensuite, c’est à l’extérieur que d’autres jeunes gens éméchés ont insulté les policiers. Trois d’entre eux ont été interpellés pour outrage et rébellion. Deux étaient ivres (1,20 g/l et 1,80 g/l d’alcool dans le sang). »

Les trois personnes interpellées seront présentées le 16 juin, à 8 h 30, devant le tribunal correctionnel de Limoges. Dans les lettres ou les mails que notre journal a reçus, des témoins assurent que la police a refusé de prendre leur plainte. Le commissaire Helric Fredou est, sur ce point, catégorique. « S’ils veulent déposer plainte, ils peuvent venir au commissariat, nous la prendrons. Sinon, ils peuvent également envoyer un courrier au procureur de la République. » ''

Donc sois-disant ils voulaient interpeller un mec pour un vol de catre bleue dans une soiree...
Et pourquoi pas une perquis faut arreter, n importe quoi encore....

Et trouve sur un blog la version du patron du bar..

Lacrymogène au Teddy Beer
Voici un message de Manu, du Teddy Beer. Le récit se passe de commentaires mais mérite de circuler.


"BONJOUR A TOUS...

Je tiens à m'excuser auprès de mon adorable clientèle pour avoir
oublié (ni flys, ni affiches, ni mots sur notre myspace) de vous
annoncer la formidable soirée lacrymogène organisée par la police
nationale de Limoges.

Commencer cet article avec un peu d'humour m'aide à passer la colère
que j'ai envers la police après cette soirée du 22 janvier 2009.

Ceux qui n'étaient pas là ce soir ont manqué un beau spectacle. En
effet, vers 23h30 deux policiers de la BAC rentrent dans mon
établissement pour interpeller un individu qu'ils recherchaient, ce
dernier s'étant réfugié dans mon bar.

Au passage je vous signale que le Teddy Beer est un petit bar de
quartier sans histoire où l'on boit de la bonne bière en écoutant du
rock.

Bref, nos deux fonctionnaires de police rentrent dans le bar et
arrêtent la personne qu'ils recherchaient. Comme d'habitude la police
a fait preuve de beaucoup de raffinement et a interpellé cet individu
de manière plutôt musclée.

Donc en voyant cette interpellation brutale, une partie de ma
clientèle s'interpose verbalement aux forces de l'ordre.

Les deux policiers sortent l'individu et mes clients les suivent en
protestant et en proférant des injures à l'encontre des deux
policiers de la BAC ("Oh mon dieu, outrage à agent")

Cela ne leur plaît pas, le ton monte et la situation dégénère. Il
faut savoir que mes clients n'ont fait que crier et insulter la
police, à aucun moment il n'y a eu de menaces physiques. Mais nos
deux héros de la police nationale se sont sentis en danger ("ils ont
failli nous lincher" c'est ce m'a expliqué un des fonctionnaire plus
tard au commisariat.)

Donc à ce moment les mots étant plus forts que les coups de
matraques, les flics n'ont pas su gérer la situation et comme ils ne
savent pas combattre les mots avec des mots, ils ont répondu avec
leur lacrymo.

Bien entendu ils appellent des renforts et balancent de la lacrymo
plein le bar (il faut savoir que le bar ne fait que 40m²)

Tout le monde y a eu droit alors qu'uniquement une dizaine de
personnes sur les quarante présentes s'étaient opposées verbalement
aux forces de l'ordre (ou plutot les forces du désordre).

Au passage je précise que je soutiens ceux qui ont insulté les flics,
les insultes étaient certainement de trop, mais vous avez eu raison
de réagir.

Lacrymo oblige tout le monde sort, dehors toutes les personnes qui
osaient dire quelquechose se sont faites embarquer et pour certaines
de manière violente, par exemple Mathieu, ils n'y sont pas allés
doucement...cinq sur un, quand même BRAVO LA POLICE.

A ce moment, je veux retourner dans mon bar, sans agréssivité, les
bras en l'air en disant :"je suis le gérant, je peux rentrer dans le
bar?" et la glorieusement un agent de police me rebalance un coup de
lacrymo en me disant de me disperser. Super les gars je suis le
patron, j'ai quand même le droit de rentrer dans mon bar.

Comme vous l'avez compris, ce fut une soirée où la police nationale
nous a montré tout son raffinement et son efficacité.

Dans un petit bar de quartier tranquille, ils ont passé tout le monde
à la lacrymo, tout ca pour arrêter un type.

Malheureusement ceci est une histoire ordinaire comme il en arrive
tant d'autres en France. La France le pays des Droits de l'Homme, de
la lacrymo et des citoyens.

Il est vrai que lorsque l'on n'a pas la capacité de répondre aux mots
par d'autres mots, la matraque est un moyen de terminer une
conversation plus rapidement.

Je suis allé porter plainte pour brutalité policière au sein de mon
établissement et j'invite tous les clients présents à cette soirée à
en faire autant.

Nous n'aurons certainement pas gain de cause mais cela fera toujours
tache dans leur service de recevoir plusieurs plaintes relatives à
une "banale" intervention de police.

Une chose est sûre, ce soir là les flics on vraiment fait les cowboys
alors qu'à aucun moment leur intégrité physique fut menacée. Ils se
sont juste fait insulter alors qu'ils arrêtaient un type de manière
musclée.

C'est une honte, que dire de plus? Sarko nous a crée une belle force
de police.

Vive la police nationale qui est là pour défendre la voeuve et
l'orphelin et vive la France...

Je vous tiendrai au courant des suites de cette mésaventure...

MERCI A TOUS

MANU"

Avatar du membre
Raf_diy
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 687
Enregistré le : 04 oct. 2003 23:48

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par Raf_diy » 07 févr. 2009 0:08

Les policiers disent avoir été copieusement insultés, encerclés et reconnaissent avoir utilisé leur ‘’lacrymo’’ pour se dégager.
Les policiers avaient serré le gars qu'ils cherchaient et certains sont REVENUS dans le bar pour... pour quoi, déjà ? maintenir le calme ? ah oui, c'est la version officielle... Des témoins, il y en a un paquet, qui peuvent tous témoigner de la brutalité des arrestations et notamment la dernière effectuée qui puait la vengeance (balancer un mec - qui avait déjà les menottes aux poignets - plusieurs fois contre le mur à l'intérieur du bar, puis sur le trottoir à l'extérieur, maintenu au sol par plusieurs flics. Je ne rentre pas dans les détails mais celles et ceux qui y étaient en ont vu, respiré et entendu des vertes et des pas mûres).

Une vingtaine de personnes qui ont voulu témoigner et porter plainte au commissariat au cours de cette nuit-là ont été reçues par une dizaine de flics équipés et armés de gazeuses, de matraques et le dernier sorti arborait un flash-ball. Personne n'a pu entrer pour porter plainte. Le représentant de la police a déclaré que si on voulait porter plainte, il faudrait écrire à la directrice du commissariat (!!).

Trois autres personnes sont venues plus tard que ce groupe, afin de porter plainte, et deux se sont fait placer en dégrisement (ce dont avait été menacé la victime à l'interphone, alors qu'elle était totalement sobre, et qu'elle était loin d'être la seule dans ce cas).

Le mail du patron du Teddy Beer est tout à fait correct lui aussi. Affaire à suivre !
Non ? Si !

kolonel muller
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1182
Enregistré le : 07 mai 2005 13:22

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par kolonel muller » 07 févr. 2009 10:57

Et déjà, personne ne s'étonne (du côté de la police) de l'idée d'aller interpeller un type en plein milieu d'un bar au lieu d'attendre qu'il ne sorte, ou de le faire de façon discrète en prévenant d'abord (par exemple) le patron du bar pour essayer d'éviter des débordements ou des réactions de colère de la part des clients...
... Ils sont débiles au point de ne pas deviner que ça n'allait pas plaire à tout le monde?
...
J'ai entendu ce matin à la radio que le nombre de GARDE A VUE avait augmenté de 72% entre 2001 et 2008... La GARDE A VUE rentrant en ligne de compte dans les statistiques de rendement des keufs...

rhiurayane
zonard-e
zonard-e
Messages : 201
Enregistré le : 28 avr. 2007 18:08

Re: Ca a chauffe a Limoges.

Message par rhiurayane » 07 févr. 2009 11:38

Et puis c'est quand même bizarre qu'ils soient venu interpellé un mec à 23h30, dans un bar, juste pour un vol de carte bleue et outrage à agent ... Ils cherchaient la merde ce soir là et on trouvé ce qu'ils cherchaient !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités