des nouvelles du front de brest!

Le punk n'est pas qu'une musique ! Ici on discute de l'actualité, des manifs et des résistances en lien direct avec notre culture. "Make punk a threat again", ça vous dit encore quelque chose ?!
Répondre
Nhuman punk
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 586
Enregistré le : 07 déc. 2010 20:00

des nouvelles du front de brest!

Message par Nhuman punk » 10 janv. 2020 10:21

yo du coup depuis le 5 décembre à brest il se passe pas mal de trucs à commencer avec les grèves contre la réforme des retraites et son monde, plusieurs manif assez dingue niveau monde présent 20000 le 5 notamment, pas mal de secteurs en gève, avec une grève des éboueurs et éboueuses où malheureusement illes n'ont obtenu que le strict minimum, une intrusion policière à la faculté de brest... ça bouge pas mal mais ça reste timoré... Les bureaucraties syndicales mis à part FO freinent le mouvement et se comportent en véritables fossoyeuses du mouvement social, hier nous étions 7000 dans la rue, le port a été bloqué toute la journée, pas un bateau n'a été déchargé, on a essayé de bloquer le dépôt pétrolier mais on a été douché-es au gaz lacrymo, cependant on a crée une belle pagaille! Et ça continue aujourd'hui manif au flambeau à 18h et demain re-manif interprofessionnelle! On continue!

A part cela le procès des inculpé-es dans la lutte contre la centrale à gaz à landivisiau a eu lieu, petit compte rendu:
"Fort soutien : Sur place environ 200 personnes ont montré leur solidarité avec les militant-es de la lutte contre la centrale à gaz de landivisiau, convoqué-es au TGI de Brest le 28 novembre 2019.

Les 21 personnes ont été convoquées sur deux affaires différentes, mais le choix de la défense était de reprendre les arguments sur la lutte commune contre ce projet inutile, coûteux, et dangeureux.
De cette expérience (dont tout le monde se serait bien passé), les prévenu-es en ressortent relativement satisfait-es d’avoir atteint l’objectif d’avancer ces arguments politiques et chacun-e a pu avancer ce qui lui tenait à cœur concernant les raisons de la mobilisation, parfois avec pas mal d’émotion.
La complémentarité des interventions a permis de communiquer au tribunal des éléments sur l’historique de la lutte, la dangerosité du projet concernant le réchauffement climatique, la destruction de la biodiversité, les risques pour la santé, ainsi qu’une critique du projet sur un volet plus social.
Bien que l’avocat qui représentait la Compagnie électrique de Bretagne ait tenté de démontrer leur projet comme nécessaire par un terme obscure de « stop&go » (maintenir la charge électrique du réseau d’électricité), il a bien été rappelé que les intérêts là-dedans sont bien loin du bien commun et qu’il n’y a rien de démocratique là-dedans. C’est plus de l’ordre du mépris face aux personnes en état de précarité énergétique et en même temps un non sens face aux positions prises par des grandes organisations mondiales.

Dans le cadre de la première affaire, impliquant huit personnes pour des faits lors de la manifestation du 23 février 2019 :
La question des violences sur les forces de l’ordre s’est globalement dégonflée : une personne sur les cinq du début est finalement poursuivie. C’est bien le signe du sale boulot de flics à vouloir réprimer des opposants sans n’avoir rien contre eux. La personnes poursuivie le serait comme meneuse d’un groupe, et dans les plaintes des gendarmes, est la seule identifiée. Le juge souligne bien que les soit-disant violences ont entraîné des ITT de 0 jour, c’est-à-dire, rien du tout. L’avocat demande quand même 500€ de dommages pour les deux gendarmes qui déposent plainte (plus 500 euros pour les frais d’avocat).

L’avocat de la Compagnie électrique de Bretagne demande lui 26 217€ pour des barrières tombées pendant la manif du 23/02/2019, et en plus 2000€ (pour les frais d’avocat) et 1€ de préjudice moral.

La stratégie du procureur a été de dissocier les deux affaires, essayant de faire passer les militants de la première affaire pour des « enfants gâtés de la liberté », «en habits de Jean Moulin trop grands pour eux », qui n’auraient aucunes honnêteté dans leurs convictions.
Pourtant elle fut bien obligé de demander la relaxe pour les « violences sur gendarmes » pour quatre personnes, relaxe pour dissimulation de visage pour une personne, relaxe pour dégradation de bien pour trois personnes.
7 amendes pour refus de prise ADN : 600€, dont 300€ avec sursis.
4 amendes pour dissimulation de visage de 200€
4 amendes pour dégradation de biens : 500€ (une personne), 300€ (quatre personnes) et 900€ (90 jours amendes à dix euros) pour une personne.
3 mois de sursis pour les « violences » sur gendarmes."

Et pour finir comme dans d'autres endroits de france et ailleurs, comme depuis 3 ans à brest le 31 décembre, une manifestation sauvage et festive contre la prison a eu lieu, avec un superbe feu d'artifice à la prison de brest, grosse ambiance à l'intérieur, musique, draps brûlés, cris, slogans, et de notre côté, une famille de détenu a lancé un feu d'artifice de l'autre côté de la prison à la fin du nôtre. Chouette cortège pour revenir en centre ville avec des tags qui ont fleuri les murs, concert sauvage place guérin pour finir la soirée.

voilà si rdv sur https://giletsjaunesbrestois.home.blog/ ou https://bourrasque-info.org/ pour la suite du mouvement!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités