Les parasites du PIND !

Ici on cause, on débat, on discute, on s'engueule, on recherche des trucs, en lien plus ou moins direct avec le punk DIY / Punx with brainz !
bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1132
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Les parasites du PIND !

Message par bub » 13 mai 2022 13:59

Purée, mais Servando Rocha l'auteur de "la faction cannibale" sera à la fête du Kiosk, à Toulouse, je pourrai lui poser ma question !

https://iaata.info/Fete-du-Kiosk-Programme-5310.html
13 H 30
Art, terreur et vandalisme
Avec Servando Rocha

avec Nicolas Rouillé et Alex Ratcharge, que du beau linge... j
et dire que je ne suis pas sûr d'être là...
:(

Avatar du membre
Chéri-Bibi
fait partie du décor
fait partie du décor
Messages : 1591
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: Les parasites du PIND !

Message par Chéri-Bibi » 04 juil. 2022 22:29

Tiens, si vous voulez lire une sorte d'antithèse aux machins universitairo-analytico-chiants dont qu'il est question dans ce topic, je viens de m'apercevoir que mon bouquin sur Nuclear Device sorti il y a dix piges est consultable sur Calaméo : https://fr.calameo.com/read/005768214735aed01d29b
On s'y marre un peu plus, autant vous l'dire.

Image
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1132
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Les parasites du PIND !

Message par bub » 05 juil. 2022 8:18

Chéri-Bibi a écrit :
04 juil. 2022 22:29
mon bouquin sur Nuclear Device sorti il y a dix piges est consultable sur Calaméo :
tiens effectivement, j'avais pas vu que tu étais le ciment du bouquin ! chouette bouquin au demeurant... ca m'avait permis de découvrir que le compagnon d'une mère d'un élève de ma compagne avait fait partie du groupe... quand même quelle histoire !!!
pour en revenir à l'intro : "la survivance des disque du groupe sarthois", s'il y a bien un groupe des années 80 dans les disques sont introuvables, c'est ND... :!:

Yanic

Re: Les parasites du PIND !

Message par Yanic » 15 juil. 2022 18:47

Chéri-Bibi a écrit :
04 juil. 2022 22:29
Tiens, si vous voulez lire une sorte d'antithèse aux machins universitairo-analytico-chiants dont qu'il est question dans ce topic
Est-ce que l'auteur a su citer Bourdieu à bon escient dans son préambule ?
(C'est pour savoir si c'est un bon livre !)

(en vrai, je l'ai relu il y a peu avec grand plaisir - à part un des intervenants qui n'a jamais fait parti du groupe et n'est jamais cité par le groupe, mais à un avis sur tout, et une suffisance bourgeoise totalement en décalage avec tout le reste du bouquin - Si j'avais l'auteur sous la main, je lui ferais amer reproche de lui avoir tendu un micro !)

Avatar du membre
Chéri-Bibi
fait partie du décor
fait partie du décor
Messages : 1591
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: Les parasites du PIND !

Message par Chéri-Bibi » 18 juil. 2022 11:30

Ouaip, tu parles d'Etienne Sauvage... Deux membres du groupe ont insisté pour que je l'interviewe (c'est d'ailleurs la seule que j'ai fait par téléphone) et il m'a gonflé direct. Du coup, j'ai choisi et placé les extraits à bon escient pour tenir compte de son opinion tout en la relativisant à l'aune des autres témoignages.

Et pour répondre à Bub, non, les disques de ND restent facilement trouvables à des prix très corrects (va donc faire un tour sur Discogs).
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1132
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Les parasites du PIND !

Message par bub » 29 mars 2023 9:25

Disorder – Histoire sociale des mouvements punk et post-punk Paul Edwards, Élodie Grossi et Paul Schor (dir.)
J’ai une tendresse particulière pour cette production issue des « punk studies » pour la simple et bonne raison qu’elle est directement accessible sur openeditions. Disorder - Éditions Mélanie Seteun (openedition.org). C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup. Les livres édités qui sont directement lisibles sur internet, il n’y en a pas pléthore. Je vois que les éditions Zones qui ont le courage de tout mettre à disposition. Pour le reste, c’est business et compagnie : quand on peut vendre le livre numérique quasiment au même prix que le livre papier, pourquoi se priver. Ça me fait penser au bandcamp, qui propose une version immatérielle à la vente. Est-ce que le punk actuel met toujours sa musique en accès libre ? – bon OK tu as le droit de payer 0.00 euros, tant que tu payes… Enfin passons sur ce débat passionnant.
Cet ouvrage propose plusieurs chapitres hétéroclites plutôt bien documentés qui adresse des problématiques internationales (le punk chinois, le post-punk écossais, la new wave italienne…), des approches différentes (l’univers du fanzine, les concerts à la maisons, l’histoire d’OTH…) deux interviews vraiment intéressantes avec des briscards (Steve Sheperd et Marsu). Ça part dans tous les sens mais c’est chouette. Spécial focus sur l’histoire du wagon à st broc par Djemila Zeneidi qui est aussi punk que je suis curé, mais qui a une démarche vraiment constructive, et un article du rigolo pierig humeau qui a du mal à se débarrasser de sa casquette de très sérieux sociologue punk et qui adresse l’évolution de la « carrière punk » en concluant par un tonitruant « la culture punk peut être comprise comme une requalification symbolique de la précarité. ». En voilà qui ferait mieux de se reconvertir dans l’astrologie.
Mais ce qui ressort du livre comme idée phare, c’est l’existence de ce réseau punk en dehors des structures institutionnelles, à la mode rhizome. Et si je ne devais retenir qu’une approche ce serait celle-là : de l’importance du réseau.

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1132
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Les parasites du PIND !

Message par bub » 29 mars 2023 9:29

Nouveau bouquin du PIND « Punk is not dead », qui n’est pas très punk en passant, « Un feu dans le ciel nordique. Le Black Metal en Norvège (1991-1999) ». J’avoue que j’avais été assez émoustillé à l’époque (ya plus de 10 ans…) par un numéro de Vendetta sur le Black Metal et du coup c’était l’occasion d’en savoir plus (le fanzine, ça vous marque). La dédicace à Flavien (1977-2022) en troisième page, m’a eu quelque peu refroidi… Mais j’étais prévenu. Pour le faire court, description encyclopédique de la scène (tous les groupes BM norvégiens, année après année, divisé en 3 périodes) suivi des thématiques récurrentes de l’époque pour finir sur un peu de musicologie (le blast beat, le tremolo picking, sur des hémiotiques et tritoniques mineurs – d’ailleurs il ne fait même pas référence au triton comme « intervalle du diable », il a dû oublier ??). Come le souligne l’auteur, « Alors que les idéaux de rébellion, de « culture jeune » de contre-culture ou encore de subculture tendent généralement à être associé à la gauche, force est de constater que la scène BM constitue un parfait contre-exemple ». Et là point de vue thématique, on s’en donne à cœur joie : racisme, antisémitisme, misogynie… et encore l’auteur ne traite pas l’idéologie entière déjà traité par d’autres… Le BM c’est sataniste ? mais non, « les satanistes sont des lopettes », le BM c’est viking, c’est Odin, etc… Bref, où est-ce qu’on va ? Il y a une sorte de complaisance académique dans ces idées nauséabondes, avec un manque de recul critique flagrant. L’auteur est donc un spécialiste pointilleux dans le matériel BM. On se demande quel est son intérêt dans ce foutoir de réactionnaires néo-nazi. Parce que néo nazi est un terme pudiquement caché de l’ouvrage qui n’est abordé que par des citations. L’auteur ne prends pas parti. Il cite abondamment Burzum et Vag Vikernes sans jamais parler de NSBM. (Ah oui, parce que d’un point de vue universitaire, Vikernes ne se dit pas néo nazi entre les années 1991 et 1999). J’ai l’impression de lire le bouquin « Rock Haine Roll » mais sans l’appareil critique de No Pasaran. Franchement, où la dédicace à Flavien prend tout son sens. Je crois que le plus surprenant est dans l’avant-propos de Luc Robène et Solveig Serre : « Ce travail séminal aura une place désormais incontournable bla bla » ??? C’est juste un bouquin issu d’une thèse qui synthétise pleins d’écrits sur le BM et qui n’a aucun recul sur le matériel. Le seul concept (à la mords moi le nœud quoique potentiellement porteur) n’est pas de l'auteur: l’anti-réflexivité réflexive du sociologue Kahn Harris est mal exploité. Quid des relations antinomiques entre pureté (de la race) et enregistrement lo-fi ? quid des relations entre nationalisme et quête de l’underground ? Quid de l’idéologie BM devenu mainstream ? On a l’impression que le BM a enfin conquis le monde et tous les gens se sont tournés en masse vers l’apologie d’un homme blanc hétérosexuel fort. Quid des dissensions dans la scène BM autour de l’idéologie. Entre satanistes et viking, c’est la guerre ? de la provoc à la mode des rappeurs qui font le buzz ? A qui sera le plus viril ? Qui des contradictions de cette scène, pourquoi son apparition dans les années 90 (l’auteur ne fait même pas référence à Retromania de Simon Reynolds, ce qui serait un minimum qu’on en parle de retour à l’authenticité d’un style de musique). Bref, très décevant à moins qu’on ait une envie malsaine du côté sombre quand on en aura marre d’écouter en boucle « All skrewed up » et « une force, une cause, un combat », parce que quand même yen a des bien… D'ailleurs, à quand un bouquin bien documenté et incontournable du PIND sur le RAC? Ca manque quand même...

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1132
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Les parasites du PIND !

Message par bub » 29 mars 2023 12:34

bub a écrit :
29 mars 2023 9:29
(tous les groupes BM norvégiens, année après année, divisé en 3 périodes) [... ]avec un manque de recul critique flagrant.
Addendum : pour rajouter à mon propos, on voit apparaitre dans la liste exhaustive du BM, l'apparition de deux groupes en 1995 à Oslo et en Telemark qui s'appellent tous les deux "Zyklon-B".
Aucune note de bas de page, apparemment, ca ne questionne personne (ni l'auteur, ni les éditeurs). J'en connais qui avaient plus de scrupules, entre La discographie vinyl du rock francais de David qui relègue les groupes RAC en fin d'ouvrage ou La discographie de l'Europe de l'Est de Luek Haas qui identifie clairement les groupes fascistes ("beware fascist material"). Franchement, même Flavien avait sorti une analyse sur les catégories des noms de groupe punk ("horizons contre-culturels" issu d'un livre PIND). J'avoue que j'en suis tombé de ma chaise... C'est ca, l'approche incontournable universitaire ? A se demander même si légalement, y aurait pas dissimulation vu que l'auteur ne questionne jamais les positionnements idéologiques de cette scène... (c'est ni bien ni mal, c'est juste... une description académique - la science universitaire apolitique et pourrie). :evil:

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1132
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Les parasites du PIND !

Message par bub » 05 avr. 2023 16:51

Petit retour sur l’article « punk studies pouah » par punk à chat du fanzine sans issue3. Je ne citerai rien vu que le fanzine explique que son contenu ne doit pas être pas diffusé sur le web. (je paraphrase). Je respecte et je salue l’initiative. Papier ou rien. J’espère qu’on ne m’en voudra pas de chroniquer sur internet ! Bref, autant je suis plutôt en accord avec le coup de gueule sur les punk studies, autant j’ai l’impression qu’il ne faut pas tout mettre dans le même bateau. Tout part de l’article Nouveau punks du lexique PIND, qui est probablement une tentative maladroite de faire de l’humour. A froid, les injonctions d’un « nouveau » punk -qui seraient « fais ceci, pas cela »- sont effectivement sur le registre de l’autoritaire et donc de la police, bon j’en ai pas connu. Le côté passionnant, c’est la maturation, les échanges et les contributions pour arriver à ces conclusions. Et je pense que c’est surtout ça qui échappe au « punk studies », pour qui le punk est figé avec un certain état d’esprit, alors que c’est un ensemble d’individus dont chacun-e est en perpétuelle évolution/ émancipation et qu’il est absurde d’y mettre un statut définitif. Plutôt que les bouquins de Ian Glasper (qui pourrait aisément se classer dans les punk studies, vu le travail de recherche qu’il y a derrière) j’avais dans l’idée de comparer avec le bouquin « Smash the system / punk anarchism as a culture of resistance » qui est édité par des punks qui ont la chance d’être payé pour faire des études sur l’anarchisme ou le punk : « don ‘t call him punkademic but his job is doing punk research paid by university » ou « even finding a university to pay him research anarchism and animal rights ». Il y a ce recul assez salutaire que je ne retrouve pas chez PIND. Le premier article de Crimethinc traite du punk comme bande son des idées anti-autoritaires, ce qui me convient tout à fait. Et les autres articles à l’international abordent l’anarcho-punk en Grèce, Indonésie, Chine, RU/EUA, Brésil, Pays Basque, etc... On remarque d’ailleurs l’absence de pays européens comme la France. Probablement que les punk studies franchouillarde à la PIND sont à l’image d’un certain style de punk gaulois sans grande envergure et de peu d’intérêt ? Et pourquoi pas d’ailleurs, donnons-leur la chance de grandir un peu, de s’émanciper dans la critique constructive. Le punk est un chemin. 😉
(Pour l’anecdote, j’ai cru à un moment que le livre Smash the system n’avait pas de code-barre, manque de pot, il y a un numéro ISBN caché sur la 3ième page ! Oups ! Active distribution... )

bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1132
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Les parasites du PIND !

Message par bub » 30 juin 2023 16:01

Faire carrière dans le punk a-t-il un sens aujourd’hui
https://www.riveneuve.com/catalogue/fai ... scene-diy/
encore une bonne lecture en perspective 8-)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 2 invités