Films de Blier, accompagnés d'un zeste d'Orange mécanique, saupoudrés d'un Râpé de revenge.

Parlez de ce que vous voulez !
Avatar du membre
Chéri-Bibi
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1156
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: Films de Blier, accompagnés d'un zeste d'Orange mécanique, saupoudrés d'un Râpé de revenge.

Message par Chéri-Bibi » 19 juin 2019 17:14

Norma Bates a écrit :
19 juin 2019 8:57
Dommage que tu re-viennes poster principalement par rapport à toi :( . Normal que tu répondes à ce qui t'est dit, mais la discussion a rebondi sur des choses intéressantes aussi... Bref.
Tu veux sans doute dire que c'est dommage que je ne revienne pas poster par rapport à toi ?
Comme tu l'as dit, ma réponse était en rapport à des propos nominatifs à mon égard. Cela ne veut pas dire que je n'ai pas lu l'ensemble de la discussion dans son évolution.
Effectivement, ma dernière intervention, juste là, est tout à fait anecdotique par rapport à ton témoignage poignant. Donc prenons-la comme telle : une simple réponse que je n'ai pas eu le loisir de faire plus tôt. Non seulement il ne s'agit nullement de tirer une quelconque couverture, mais quand bien même cela aurait été mon intention, la force de ton témoignage oblitère sans peine tout le reste.

A ce stade, je n'ai d'ailleurs pas de commentaires à faire sur ton récit glaçant et énervant, sinon de saluer bien bas ton courage d'avoir réussi à libérer ta parole.

Pour ce qui est de l'affaire polémique d'il y a quelques années, je constate et regrette hélas que tu reprennnes à nouveau la direction de cette réthorique particulièrement bancale et méprisable que l'on m'avait opposé à l'époque (en gros: "Toi aussi, t'as bien dû agresser des meufs sans t'en apercevoir, alors ne jette pas la pierre à d'autres."). L'équivalent du "Miroir, miroir, c'est çui qui dit qui y'est" des cours d'écoles.
Je n'ai pas trop de problèmes à discuter hors d'une quelconque zone de confort et à m'excuser quand j'ai été maladroit, stupide ou borné... Mais là franchement, aucune envie de remettre le couvert ni qu'on me la fasse à l'envers. En 2014, des "super féministes militants radicaux autoproclamés" se sont acharnés à démonter le témoignage d'une femme sur un acte subi qu'elle a ressenti comme un viol. Nous ne fûmes qu'une poignée de rien du tout à la défendre et, peut-être plus opiniatre que la moyenne, je me suis vu opposer nombre de raccourcis et sous-entendus insultants visant à faire changer l'opprobe de camp. Il y a des p... d'archives sur ce forum, replongez-vous y si ça vous manque, mais sans moi.
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

Avatar du membre
Norma Bates
modérateur/trice
modérateur/trice
Messages : 1268
Enregistré le : 21 mai 2007 12:48

Re: Films de Blier, accompagnés d'un zeste d'Orange mécanique, saupoudrés d'un Râpé de revenge.

Message par Norma Bates » 19 juin 2019 20:14

Norma Bates a écrit :Dommage que tu re-viennes poster principalement par rapport à toi :( . Normal que tu répondes à ce qui t'est dit, mais la discussion a rebondi sur des choses intéressantes aussi... Bref.
Chéri-Bibi a écrit :Tu veux sans doute dire que c'est dommage que je ne revienne pas poster par rapport à toi ?
:shock: Absolument pas!!! Nan mais t'es vraiment odieux ma parole de dire que je pourrais chercher à vouloir générer que TU parles de moi et du viol que j'ai raconté. Pauvre type. Je suis restée patiente mais là je le prends hyper mal. Je parlais juste du lien vers le débat hyper intéressant d'Arrêt sur image à propos de Marielle... Ce dont il était question dans notre dialogue en fait. Ta tronche et le fait que tu parlerais de moi, Môssieur Chéri-Bibi, je m'en tamponne le coquillard.
¤ L'étoffe des héros est un tissu de mensonges. ¤

Avatar du membre
Chéri-Bibi
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1156
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: Films de Blier, accompagnés d'un zeste d'Orange mécanique, saupoudrés d'un Râpé de revenge.

Message par Chéri-Bibi » 20 juin 2019 2:37

Mais c'est pas possible, c'est la foire à la citation tronquée ici !!! :mur:
Et ça, c'est quoi ? :
Chéri-Bibi a écrit :
19 juin 2019 17:14
Non seulement il ne s'agit nullement de tirer une quelconque couverture, mais quand bien même cela aurait été mon intention, la force de ton témoignage oblitère sans peine tout le reste.

A ce stade, je n'ai d'ailleurs pas de commentaires à faire sur ton récit glaçant et énervant, sinon de saluer bien bas ton courage d'avoir réussi à libérer ta parole.
Quand quelqu'une, au fil d'un topic, a le courage de livrer un tel témoignage, ça rend tout le reste de la discussion (l'avant et l'après) et des interventions anecdotiques et abscons ! J'ai pas dit autre chose, et sûrement pas ce que tu en a déduit !!!
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

Avatar du membre
Norma Bates
modérateur/trice
modérateur/trice
Messages : 1268
Enregistré le : 21 mai 2007 12:48

Re: Films de Blier, accompagnés d'un zeste d'Orange mécanique, saupoudrés d'un Râpé de revenge.

Message par Norma Bates » 20 juin 2019 12:23

Je me fiche des belles paroles qui font suite à ta première phrase, qui les rend forcément caduques du coup.
Quand je dis que je trouve dommage de ne pas avoir ton point de vue parce qu'il y a du nouveau intéressant sur le topic - l'émission sur Marielle dont il est question juste avant en l’occurrence - lire que j'aurais plutôt voulu qu'on parle de moi, c'est rude. Non, je ne parlais pas de moi et je n'attendais pas ton couplet sur ce qui m'est arrivé. J'avais justement pris soin de préciser que je n'attendais pas de réponse par rapport à ça. Je parlais juste de Marielle donc, ici.
"Tu veux sans doute dire que c'est dommage que je ne revienne pas poster par rapport à toi ?". Je ne cherche pas à tronquer quoi que ce soit. Mon souhait c'est juste la discussion. Mais cette phrase je ne l'invente pas et l'émotion qu'elle a généré c'est un genre de honte mêlée de regret, un truc un peu hardcore comme ça. Braquer abruptement le projecteur sur mon récit de cette façon là et en insinuant de la merde en plus, je le prends vraiment mal.

[Parenthèse: du coup, je tiens à expliquer que je n'ai pas décrit une scène de viol vécue aux premières loges, dans le but qu'on parle de moi. J'ai écrit sur ce topic parlant de violences misogynes dans les films, pour tenter d'aider à plus concrètement se représenter les choses: La réalité du bouleversement, du choc direct et frontal que c'est de subir un acte sexuel imposé avec brutalité par un individu qu'on ne désire pas une seconde. Ça m'a pris 23 années pour décrire/écrire pour la première fois ce que j'ai décrit ici il y a quelques pages maintenant. Pas 5 ans, pas 10 ans, pas 15, mais 23 ans. Et je l'ai fait parce que ça avait un lien direct avec le sujet. Sujet que je trouve pas loin d'être capital dans le sens où ces images de cinéma ont pu participer à nous nourrir donc à nous construire aussi un peu, y compris le mec qui m'a violée d'ailleurs.
J'ai pensé que si les violences sexuelles voyeuristes présentes dans les films dont traite ce topic ont été trop longtemps mises au second plan par les fans du genre, ce n'était pas qu'une question d'époque, puisqu'on a beaucoup pleuré nostalgiquement sur les rôles pourris de Marielle encore tout récemment. J'ai pensé que si cet aspect des choses fut - et reste encore - trop secondaire par rapport au culte qu'on voue à ces films et rôles masculins là, c'est peut-être parce qu'en tant qu'homme il est difficile de faire le travail systématique de se mettre dans la peau, dans la chair, dans les pensées, dans les émotions de ces personnages au moment où elles reçoivent des gestes sexuels imposés par des hommes qui les dégoûtent. Je me suis dit que si la dame du début des Valseuses qui se fait toucher et courir après était une femme de la vraie vie qui venait raconter son agression, on ne trouverait pas la scène cocasse contrairement à ce que la réalisation tend à provoquer et on n'identifierait pas les hommes qui lui ont fait ça comme de simples loubards anti-bourgeois maladroits un peu touchants. J'ai donc écrit dans l'objectif que ça percute peut-être plus sur ce qu'est la brutalité sexuelle vécue d'en face. Et les très nombreux mp de membres hommes que j'ai reçus ont prouvé que l'objectif était atteint. Pas un seul mot ne m'a fait ressentir que je "souhaitais" qu'on parle par rapport à moi.]

Pour bien recentrer à nouveau donc, l'utilisation d'images de violences sexuelles gratuites sur des personnages-féminins-secondaires-et-objets, pour illustrer un prétendu anticonformisme de personnages masculins principaux, se réclamant juste d'être "des crétins sympathiques à la psychologie admirable" (pour leur créateur qui se gausse ahahah) est une démarche misogyne clairement hypocrite. Pour preuve cette interview de 9mn de Bertrand Blier, qui laisse sans voix quant à ce qui est éludé (de la part et du réal et du journaliste) concernant les scènes d'agressions et de culture du viol dont ce film est bourré à craquer.

"- En même temps ils ne vont pas dans l'ultra-violence [...] il n'y a pas de viol... ça reste, disons euh... bon enfant.
- Ils sont sympathiques.
- Voilà."

Ben voilà.... :batte: :batte: :batte:

¤ L'étoffe des héros est un tissu de mensonges. ¤

Avatar du membre
Chéri-Bibi
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 1156
Enregistré le : 11 mars 2006 22:41

Re: Films de Blier, accompagnés d'un zeste d'Orange mécanique, saupoudrés d'un Râpé de revenge.

Message par Chéri-Bibi » 20 juin 2019 22:46

Tu charries Norma, ou veux encore une fois comprendre que ce qui conforterait une idée préconçue.
La première phrase de mon post ne faisais que référence à la tienne :
Norma Bates a écrit :
19 juin 2019 8:57
Dommage que tu re-viennes poster principalement par rapport à toi :( .
Que tu l'ai mal pris à ce point, que tu y ait mise des significations au delà du simple répondant ne sont que des extrapolations. Même si je pige qu'avoir livré un récit si personnel ai pu te mettre à fleur de peau. Reste que les intentions que tu me prêtes, le sens que tu donnes à ma phrase ne sont absolument pas celles qui me sont passés par la tête.
Je ne t'ai jamais demandé de te justifier sur le pourquoi de ton témoignage, et tu n'avais d'ailleurs absolument pas à le faire !
Il se trouve simplement que je m'absente d'un topic pour des raisons qui n'ont rien à voir avec son contenu, et quand j'en reviens deux pages plus loin, il me semble naturel (comme tu l'as d'ailleurs souligné) que je réponde à ceux qui m'ont nommément cité. Avec une certaine retenue de surcroît...
Je suis évidemment désolé d'avoir été mal interprété, comme il est évident que si j'avais pu imaginer que cette simple phrase "ping-pong" à la tienne ait engendré un tel malaise chez toi, je me serais abstenu ! Il ne m'est jamais ô grand jamais venu l'idée que tu livres un tel témoignage dans un but égocentré, et de fait je ne pouvais pas concevoir une seconde que tu m'interpréterais de la sorte. Apparemment j'ai eu tort. Toutes mes excuses.

Reste que je vais pas me bouffer des raccourcis de ma pensée à tour de bras avec un air contrit.
On a mené une discussion, principalement à deux durant un bon moment, et celle-ci a changé ma vision des choses (d'ailleurs, j'ai bien aimé le Arrêt sur image sur Marielle, même si ça m'a fait marré que le journaliste super-intello-cultivé qui cause de ciné popu ne sache pas ce qu'est un morlingue...). Il se trouve que le post d'Abfab me concernant dans une large mesure m'a fait grincé des ratiches. Et qu'avant de me replonger -ou pas- dans la discussion, j'ai décidé d'y répondre (en partie). Va pas chercher plus loin.
IN GIRUM IMUS NOCTE ET CONSUMIMUR IGNI
Nous tournons en rond dans la nuit et le feu nous dévore

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités