[LYON] CONTRE LES RÉFORMES CHÔMAGE/ RSA

Le punk n'est pas qu'une musique ! Ici on discute de l'actualité, des manifs et des résistances en lien direct avec notre culture. "Make punk a threat again", ça vous dit encore quelque chose ?!
Répondre
ratcharge
zonard-e
zonard-e
Messages : 230
Enregistré le : 09 févr. 2022 15:26

[LYON] CONTRE LES RÉFORMES CHÔMAGE/ RSA

Message par ratcharge » 25 janv. 2023 15:52

Je fais juste suivre : https://rebellyon.info/chomeuse-go-on-24441
Dans la nuit du 20 au 21 janvier, nous avons brisé les vitres du Pole emploi rue Bloch dans le 7e arrondissement de Lyon.
Nous avons brisé ces vitres comme eux brisent un outil de solidarité entre travailleur·euses.


Parce qu’avant d’être une institution du pouvoir, du flicage, de stigmatisations, l’assurance chômage est un droit arraché par les luttes.

Les indemnités, c’est nos cotis’, pas un cadeau.

On veut pouvoir ne pas travailler.
On veut choisir quand on travaille, quel travail et dans quelles conditions (localisation, rémunération, sens, ...)

L’assurance chômage est attaquée quasi annuellement à coup de réformes par les différents gouvernements :
- une dette créée aux profits des marchés financiers venant justifier leurs propres réformes,
- de + en + de flicage sous traité a des boites privées et des algorithmes,
- des indemnités en chute libre,
- des conditions pour ouvrir ses droits de plus en plus discriminantes (temps de travail, type de contrat, etc.),
- des droits variables selon le taux de chômage (- de chômeurs, - d’indemnites).

De chaque espace de solidarité, ils veulent en faire une marchandise :

ils attaquent l’assurance chômage
ils attaquent le RSA
ils attaquent nos retraites
ils attaquent la santé
ils attaquent l’ensemble des services publics.

Attaquons les !

Bisous bisous et au plus tard au 31.01
frederic mercure
Modifié en dernier par ratcharge le 25 janv. 2023 15:59, modifié 1 fois.

ratcharge
zonard-e
zonard-e
Messages : 230
Enregistré le : 09 févr. 2022 15:26

Re: [LYON] CONTRE LES RÉFORMES CHÔMAGE/ RSA

Message par ratcharge » 25 janv. 2023 15:59

Et sur la même thématique, des communiqués de la Brigade des Fauché·es, collectif d'entraide entre précaires à Lyon 7 (permanence deux lundi par mois à La Luttine) sont dispo ici :
https://laluttine.wordpress.com/2022/11 ... auche-e-s/
A lire, à faire tourner, à développer, etc.

Image

Image

Image

Image

ratcharge
zonard-e
zonard-e
Messages : 230
Enregistré le : 09 févr. 2022 15:26

Re: [LYON] CONTRE LES RÉFORMES CHÔMAGE/ RSA

Message par ratcharge » 22 mars 2023 14:11

Sur la même thématique, dans le Nord :

https://pointderupture.noblogs.org/post ... en-colere/
Ce 9 mars le Collectif des Précaires en colère s’est adressé directement à Christian Poiret, le président du Conseil du département du Nord par une lettre que le syndicat SUD Solidaire a tenu à lire en conclusion de leur intervention. Ils & elles nous ont fait parvenir ce document sonore accompagné de leur texte :

—————-

Les précaires en colère du Nord, organisé.es en coordination nationale ont tenu à rappeler aux président du conseil général du département, sa clique et à l’ensemble des « partenaires sociaux » et syndicaux représentants du personnel, leur détermination à dénoncer l’harcèlement des plus précaires par les différents services et sous-traitants du conseil départemental qui exercent un flicage avec l’objectif de mettre en place la phase test d’une mise au travail s’apparentant au TIG (travail d’intérêt général) pour les bénéficiaires du RSA.

En effet désormais sur la ville de Tourcoing le RSA sera conditionné par 15/20h de travail qui ne porte pas son nom, puisque non-soumis au code du travail qui est régit par un contrat comme dans un CDD ou un CDI classique (pas de droit de se syndiquer par exemple …).

Le syndicat majoritaire SUD a tenu à nous offrir l’occasion de leur adresser notre plus grand mépris (de classe) par une lettre – à défaut de ne pas avoir pu être invité à notre propre procès car après tout, nous ne savons toujours pas à quelle sauce nous allons être mangé, dans ce bouillon au goût amer du travail forcée et gratifié en dessous du seuil de pauvreté.

Voici donc la bande son du plaidoyer de Sud qui termine par notre lettre adressé à Christian Poiret le nouveau président du département et sa team de lèche-merde (ouais ça c’est gratuit 😉 ) :


—————-

Monsieur le président du département, Christian Poiret, Messieurs-dames les collaboratrices et collaborateurs, Bonjour la « Team » comme on dit chez vous,

Vous êtes pour nous, précaires, les petits gestionnaires d’un monde indéfendable, et vous le savez bien !

Votre programme d’expérimentation d’un «accompagnement renforcé» pour personnes au RSA comme nous, ça ressemble plutôt à une mise au travail forcée qui ne dit pas son nom. 15/20h de taf dissimulé sans contrat ni possibilité de se syndiquer, fallait l’oser. Vos chantages à nos allocations en échange d’«activités» gratos façon TIG (Travaux d’Intérêt Général), on n’en veut pas et on se laissera pas faire. On les connaît vos «accompagnements», vos «dispositifs d’insertion», et les prestataires à qui vous faites appel pour nous foutre au turbin. On a du y aller à ces rendez-vous pour pas qu’on nous suspende nos droits, et on s’est rendu compte à quel c’est un mélange de bullshit, de psychologie positive et de flicage pour nous foutre la pression et nous pousser à accepter des conditions de travail toujours plus minables, des emplois usants, inutiles, absurdes, et bien souvent néfastes pour l’environnement.

Qu’on soit au chômage ou au RSA, on est traité au mieux comme des personnes malades, mais le plus souvent comme des délinquant.es. Alors, nous, précaires du département du Nord, on a aussi pensé à un dispositif pour vous : l’immersion. Un espèce de « vis ma vie » de notre condition de prolos mal adapté.es, réfractaires, profiteuses, faignants.

Ça commence dès l’école….

On nous fout au SNU pour nous faire gober de la propagande bien nationaliste, puis dans des missions locales ou dans des garanties jeunes pour nous faire avaler vos discours méritocrates, ou bien on nous sort des parcours scolaires généraux pour nous mettre en apprentissage, une main d’œuvre pas chère ! Tout ça pour gagner trois cachou pour faire le même taf qu’une personne majeure qu’aurait été embauchée en CDD ou en CDI. « Tiens, prends ces 300balles contre tes 20h de taf semaine, c’est tout c’que tu vaux, c’est tout c’que tu mérites ». C’est déjà faire croire à nos chtiot.es qu’avoir le droit de vivre, ça se mérite, et qu’en tant que minot, tu devrais déjà être bien heureux qu’on te file trois miettes.

Ensuite, quand on trouve pas de taf ou qu’on refuse vos boulots de merde sous payés et absurdes, on nous convoque pour nous rappeler à notre condition de « chair à patron ». À ces rendez vous, on se retrouve face à des coachs qui ont l’air de dire : « si t’est pauvre, c’est pas à cause du système pourris ou parce que les riches t’exploitent, c’est parce que tu manques de prestance, parce que tu sais pas mettre en valeur tes qualités ou tes compétences, parce que t’as pas l’air confiante et optimiste ». Bref, rentrer dans le moule de la bonne ptite employée docile, qui se pose pas trop de question et qui serait prête à aller au burn-out pour le patron : c’est ce que vous appelez « l’insertion », la lutte contre l’exclusion.

Dans ces programmes, il doit y avoir deux trois génies expert de l’innovation parce qu’il en fallait de l’imagination pour inventer ces dispositifs infantilisants et bidons, à base de « JO d’hiver et JO d’été »de l’emploi, d’escape game des métiers d’la cuisine, de foot pour voir « comment tu gères la défaite ». Ça, c’est quand on nous prend pour des débiles ! Et y’a aussi les autres rendez-vous, où on considère que si t’es allocataire de longue durée, c’est que tu es de mauvaise volonté. « Bah ouai, ce temps partiel d’auxiliaire de vie payé 7e de l’heure, il est à 50km de chez toi ! Bein t’as qu’à dormir dans ta bagnole sur le parking, comme ça t’économises les frais d’essence ! Les gosses ? Tu les laisses chez ta mère ! Ah t’as pas d’mère ? Bon bas pas d’bol, tu restes à la maison pour t’en occuper. Par contre, ça signifie que t’es improductive, et l’improductivité, c’est traité comme un handicap. Alors ça y va à coup de « diagnostiques sociaux » : on cherche à déterminer qu’est ce qui, chez toi, fait frein pour retourner au turbin. On nous envoie chez le psy, chez le médecin. De précaire, tu deviens une personne malade.

C’est comme ça qu’on voit les choses…

Vos rêves de croissances, on les méprise. Vos boulots qui détruisent les gens, la vie collective, et le vivant dans son ensemble, on les refuse ! À force, dans le Nord, on a capté que le chômage n’est pas le résultat d’une crise passagère mais le rouage d’un système qui utilise la peur de perdre son boulot pour faire accepter aux travailleuses et travailleurs des conditions de travail indignes dans tous les secteurs et peu importe la nature de l’emploi (qu’il soit salarié, ubérisé ou en auto-exploitation). Le RSA est une mini bouée de sauvetage qui peut permettre de refuser ces pures conditions d’exploitation, et c’est exactement pour ça qu’il est attaqué, comme l’assurance chômage.

NOUS DÉNONÇONS…..LE FLICAGE ET LE HARCÈLEMENT DES PLUS PRÉCAIRES, ET CE, DÈS LE PLUS JEUNE ÂGE.

NOUS ne voulons ni mourir au travail avant la retraite, ni être mis au travail de force.

NOUS n’avons pas besoin de leçons de morale au nom d’une « méritocratie » ou d’une « valeur travail » qui n’intéressent que ceux qui nous exploitent.

NOUS REFUSONS LES DISCOURS DE CULPABILISATION INDIVIDUELLE PERMANENTE.

NOUS N’AVONS PAS BESOIN DES BOÎTES DE PRESTATAIRES PRIVÉES QUI RAMASSENT DES MILLIONS D’EUROS D’ARGENT PUBLIC CHAQUE ANNÉE POUR FLIQUER LES ALLOCATAIRES DE PÔLE EMPLOI.

NOUS REFUSONS D’ÊTRE RÉDUIT.E.S À DES DONNÉES TRAITÉES PAR DES ALGORITHMES, À DES CATÉGORIES ADMINISTRATIVES RENSEIGNÉES DANS DES LOGICIELS INFORMATIQUES, QUE CE SOIT AUPRÈS DE LA CAF, DE PÔLE EMPLOI OU POUR DES PROJETS CIBLANT LES HABITANTES ET HABITANTS DES QPV (QUARTIER PRIORITAIRES DE LA VILLE).

Vous allez nous répondre…

Que « les affaires sont les affaires », quitte a dévaster les corps à coup de stress, d’ennui, de petites humiliations et de burn-out, d’accidents et de maladies professionnelles.

Ce dont nous avons besoin, c’est de liens collectifs réels, pas de rendez-vous bidons dans des bureaux. De travail vivant, pas d’emplois pourris où nous perdons nos vies au profit de quelques puissants. NOUS sommes sorti.es de l’isolement, nous sommes organisé.es, et nous ne vous laisserons pas détruire nos vies, nos corps, nos espaces.

COLLECTIF DES PRÉCAIRES EN COLÈRE DU NORD,
MEMBRE DE LA COORDINATION NATIONALE DE PRÉCAIRES.

ratcharge
zonard-e
zonard-e
Messages : 230
Enregistré le : 09 févr. 2022 15:26

Re: [LYON] CONTRE LES RÉFORMES CHÔMAGE/ RSA

Message par ratcharge » 29 mars 2023 10:12

Le 93 annule sa participation à l’expérimentation du RSA conditionné à des TIG.
(...) L’expérimentation s’orienterait vers un transfert de cette compétence à Pôle Emploi. Or ces publics souvent fragiles que sont les bénéficiaires du RSA ont davantage besoin d’accompagnement social ou socio-professionnel, compétence du département également. Sur la forme encore, Stéphane Troussel dénonce l’usage du pouvoir de sanction, et son alignement sur les pratiques de Pôle Emploi, massifs et automatisés, inadaptées au publics du RSA. (...) Sur le fond, l’élu est contre le conditionnement de l’allocation, contre cette « idée qu’il faudrait conditionner les aides sociales, alors que le RSA est un droit social fondamental et constitue le principal outil de lutte contre la pauvreté. »
https://www.lagazettedescommunes.com/86 ... mentation/
«Plutôt que de distribuer gratuitement des pommes de terre aux indigents, on exigea d’eux un travail pour y avoir droit. On n’en trouva pas. Alors, on leur fit construire des tours en rase campagne. Ces tours inutiles furent appelées “Tours de la famine”. Et comme les Tours de la famine furent debout avant que la famine cessât, on chargea les chômeurs de les démolir.» Cet épisode célèbre des grandes famines en Irlande, relaté par Robert Castel dans les Métamorphoses de la question sociale, n’est pas sans résonance avec l’actualité.
https://www.liberation.fr/idees-et-deba ... 6TTSGHM7I/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités