Préjugés, sexisme: combat permanent

Le punk n'est pas qu'une musique ! Ici on discute de l'actualité, des manifs et des résistances en lien direct avec notre culture. "Make punk a threat again", ça vous dit encore quelque chose ?!
bub
pilier de bar
pilier de bar
Messages : 803
Enregistré le : 08 mars 2005 10:25

Re: Préjugés, sexisme: combat permanent

Message par bub » 08 déc. 2020 14:05

et si je peux recommander des livres récents (parce que Stoltenberg c'était le siècle dernier, maintenant on est bien dans le 2.0) :
http://www.lenouvelattila.fr/au-dela-de-la-penetration/
https://www.marabout.com/jouissance-club-9782501144209

Avatar du membre
Norma Bates
modérateur/trice
modérateur/trice
Messages : 1268
Enregistré le : 21 mai 2007 12:48

Re: Préjugés, sexisme: combat permanent

Message par Norma Bates » 10 févr. 2021 17:29

13 ans, 14 ans, à peine...


Julie est une jeune femme qui, il y a 10 ans, a porté plainte contre 22 pompiers, pour viols subis entre ses 13 ans et ses 15 ans. A l'époque elle était malade et prenait un traitement très lourd. Les pompiers intervenaient donc lorsqu'ils étaient appelés par l'école quand Julie n'allait pas bien. Ils avaient donc connaissance de son âge, de ses problèmes de santé, de son traitement qui l’assommait, et donc, de sa vulnérabilité au moment de crises très éprouvantes pour elle.

Après 10 ans de procédure, sur les 22 pompiers, seuls 3 d'entre eux sont poursuivis pour ce qui a été requalifié d'"atteinte sexuelle sur mineure de moins de 15 ans". Le 17 mars, la Cour de cassation annoncera si elle casse ou non l'arrêt rendu par la Cour d'appel Versailles. Si oui, cela permettrait que certains (qui auraient reconnu les actes mais affirment qu'il y avait consentement) retournent devant un juge d'instruction.

:!: Le témoignage de Julie, recueilli par Célia Mebroukine, de la rédaction d'À l'air libre, sur Mediapart :!:
(Attention, ce témoignage est difficile.)



Julie raconte que lorsqu'elle a voulu porter plainte, le policier, par le biais de questions orientées, lui aurait lui-même affirmé qu'elle était consentante. Ensuite, la Cour d'appel de Versailles a nié la question de la contrainte morale par ces mots: "Son comportement aguicheur, provocateur, entreprenant envers ses partenaires pompiers ne permet pas de déduire la contrainte morale".
Si comme le décrit France Inter, ici, Julie aurait lié une relation avec l'un des pompiers, et qu'elle elle aurait eu une certaine maturité sexuelle, cependant, elle avait 14 ans. Elle était fragile psychologiquement, ce qui a été reconnu par des psychiatres. L'un deux aurait décrypter chez elle des troubles pouvant l'amener à confondre réel et fantasme, voir à affabuler, ce que conteste le médecin qui la suit. Mas comment déjà, peut-on même parler de "partenaires" alors qu'elle avait 13 ans, 14 ans ? Et même si elle était parfois dans des situations à risque (il est d'ailleurs probable qu'elle ait subi des violences avant cela, ce qui en serait alors la raison), eux la mettaient encore plus en danger en en abusant, alors qu'ils étaient adultes et représentaient une forme d'autorité pour elle. Et on se retrouve aujourd'hui face à une police et un système de justice patriarcales, qui comptent potentiellement dans leurs rangs des agresseurs, violeurs, incesteurs, et ressortent les sempiternels mêmes arguments éhontés, pour se protéger les uns les autres. Comme le disait Assassin, "Il faut que ça cesse".

Soutien sans faille à tous les enfants victimes et/ou re-victimes de viols. Il ne suffit pas de les entendre, mais de les soutenir et de protéger les autres, et ça commence par reconnaître des faits comme ce qu'ils sont. S'il est laissé en l'état ce qui est arrivé à Julie à 14 ans, ce serait un double crime. A l'heure où le gouvernement dit vouloir qualifier de viol tout acte de pénétration d'une personne majeure sur une personne mineur-e de moins de 15 ans (le consentement ne pourrait pas être retenu), on ne peut pas la laisser tomber maintenant. Elle avait 14 ans. Elle a subi des pénétrations d'hommes au cours de situations où ils étaient censés l'aider "médicalement". L'enfant qu'elle était à ce moment là s'est sentie logiquement déshumanisée. Un enfant, même "mature" d'esprit, qui subit ce crime là, ne mérite pas que ce ne soit pas reconnu comme tel.
¤ L'étoffe des héros est un tissu de mensonges. ¤

Avatar du membre
Norma Bates
modérateur/trice
modérateur/trice
Messages : 1268
Enregistré le : 21 mai 2007 12:48

Re: Préjugés, sexisme: combat permanent

Message par Norma Bates » 11 févr. 2021 11:11

[...] durant toute la procédure, «personne ne donnera de crédit à sa parole, on lui a à chaque fois fait comprendre que c’était sa faute. Cela saute aux yeux quand on voit les questions et les comportements des enquêteurs, des magistrats et des experts», ajoute maître Questiaux. Pour cette avocate qui a récemment repris l’affaire en main, le cas de Julie est emblématique d’une «justice au service des dominants qui viole les droits fondamentaux des personnes les plus dominées dans la société : les enfants et les femmes».
Article complet, ici :

https://www.liberation.fr/societe/polic ... PO7R2QKQ4/

:pirate:
¤ L'étoffe des héros est un tissu de mensonges. ¤

Avatar du membre
meluzine
squatteur/euse
squatteur/euse
Messages : 555
Enregistré le : 07 nov. 2007 18:26

Re: Préjugés, sexisme: combat permanent

Message par meluzine » 11 févr. 2021 15:57

Merci Norma pour avoir posté la vidéo...

C'est une évidence que les adultes doivent protéger les enfants et encore plus des représentants des institutions qui te prennent en charge lorsque tu es vulnérable à cause de problèmes de santé.
Ce qui me choque le plus c'est quand Julie dit qu'elle était toujours prise en charge pour des crises de tétanie...
En plus de ne pas être trop jeune pour se défendre verbalement contre des adultes, elle était paralysée.
Elle ne pouvait pas bouger, elle n'aurait pu ni se débattre, ni se défendre.
Le calvaire qu'elle a dû endurer...
Y a pas besoin d'être juge, ni médecin ou pompier pour comprendre ça..
Les mensonges, plus c'est gros plus ça passe..

Voici la définition dans Wikipedia :

La tétanie est un syndrome (ensemble de symptômes) et un état pathologique caractérisé par de longues contractions involontaires de certains muscles. Cet état est très rarement permanent, et plus souvent périodique (« crises de tétanies »).
[...]
la crise de tétanie, qui est un syndrome d'hyperexcitabilité neuromusculaire (c'est-à-dire un excès d'excitation nerveuse ou musculaire), dû à des anomalies du métabolisme du calcium (hypocalcémie) et/ou du magnésium, et se traduisant par des accès de contractions musculaires localisées surtout aux extrémités des membres (mains, pieds, mais le visage est parfois touché), pouvant arquer les pieds et recroqueviller les mains (leur donnant parfois l'aspect de mains d'accoucheur). Ce phénomène peut être accompagné de crampes, de fourmillements (paresthésie) et de tremblements. La contraction du muscle est difficilement réductible ;

L'avocate à l'air d'avoir un discours et un résonnement très carré et elle connait bien son sujet.
Je pense que ça sera difficile de la contrer.
Avec le projet de loi sur l'inceste qui tombe pile poil, ça sent le retour de bâton...
Je pense que ça serait grossier que la justice s'acharne à mettre les pompiers hors de cause..

J'espère vraiment que ça servira d'exemple et que Julie puisse passer à autre chose en repartant la tête haute..

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités